Passer au contenu principal

Les petits élèves ingérables étouffent les écoles romandes

Les élèves perturbateurs sont devenus le problème numéro un des enseignants. Notamment dans la tranche des 4-8 ans. Pris de court, les cantons déboursent des millions pour répondre au phénomène

A Genève, les comportements «violents, agressifs ou oppositionnels» sont plus nombreux chez les élèves de 4 ans que chez les 13-14 ans.
A Genève, les comportements «violents, agressifs ou oppositionnels» sont plus nombreux chez les élèves de 4 ans que chez les 13-14 ans.
Kathleen Kliskey-Geraghty/Getty

Dans le canton de Vaud, on a trouvé un terme peu élégant, mais efficace pour les désigner: les PPP ou «petits péteurs de plombs». Des élèves pour la plupart très jeunes – entre 4 et 8 ans –, qui pourrissent l’ambiance d’une classe et martyrisent les enseignants par leur comportement agité, voire agressif. Ce phénomène est en train de devenir le sujet de préoccupation numéro 1 dans les écoles primaires de Suisse.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.