Passer au contenu principal

«Pour payer 30 ou 40 milliards aux collectivités publiques, nous devrions racheter du franc»

La Suisse entre en récession en raison du coronavirus. Comment le pays va-t-il s'en sortir? Interview de Thomas Jordan, le président de la BNS.

L'homme est au centre de toutes les batailles. Président de la Banque nationale suisse, Thomas Jordan identifie les bons et les mauvais remèdes pour sortir de la crise économique fruit de la pandémie.

Le masque est-il obligatoire à la BNS et peut-on y travailler en télétravail?

Non, le masque n’est pas obligatoire aujourd’hui à la BNS. Nous suivons les mesures et les recommandations du Conseil fédéral en vue de contenir la propagation du Covid-19. Ces mesures sont importantes pour la santé de nos employés, et, en fin de compte, pour assurer le bon fonctionnement de la Banque nationale. Pour ce qui est du télétravail, 70% de nos employés y ont recours, alors que 30% du personnel est présent à nos sièges de Berne et de Zurich. Ce sont essentiellement des employés affectés au traitement du numéraire ou qui sont actifs sur les marchés financiers.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.