Le MOB s’offre le must du design

Pininfarina, designer originel de Lancia et Ferrari, a redessiné les voitures de la compagnie de chemin de fer vaudoise spécialisée dans la traversée des Alpes.

Les nouveaux trains MOB circuleront dès l’an prochain.

Les nouveaux trains MOB circuleront dès l’an prochain. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le grand art de la carrosserie emportera bientôt 4 millions de touristes, chaque année, aux confins des Alpes vaudoises et bernoises. La grâce commerciale! Qui réunit les forces opérationnelles de la compagnie de chemin de fer MOB (Montreux Oberland bernois), technologiques de la firme thurgovienne Stadler Rail et créatrices de la famille turinoise Pininfarina. Grâce à ce trio, le MOB présentera ses nouvelles compositions ferroviaires qui graviront les vignobles de Lavaux et les lacets des Rochers-de-Naye dès 2020 – année où Pininfarina fêtera ses 90 ans.

Pour le designer italien, la commande du MOB s’inscrit dans une longue histoire. Tout a commencé dans l’entre-deux-guerres avec les grands noms de la voiture en Italie. Son talent et sa célébrité l’ont ensuite mené dans les ateliers de General Motors, aux États-Unis, puis dans ceux de Mitsubishi, au Japon. Les œuvres de Pininfarina ont fait le tour du monde, souvent après avoir été présentées en primeur, au Salon de l’auto de Genève. Et les 700 employés de la firme – tous un peu, beaucoup ou passionnément disciples de Battista «Pinin» Farina, le fondateur mort en 1966 – ont su prouver leur savoir-faire dans de multiples domaines.

Rappel de quelques joyaux inoubliables: l’Ottantacinque, un yacht grandiose livré à Fincantieri en 2015; la Blue Coffee Machine, destinée à Lavazza en 2004; le vélo de course De Rosa SK Pininfarina, compromis génial entre légèreté et rigidité créé en 2015; ou la torche de la flamme olympique des Jeux d’hiver de 2006, à Turin.

Mais Pininfarina n’a pas pour autant attendu le XXIe siècle pour se faire un nom sur le rail. Ses spécialistes fournissaient déjà en 1987 l’habillage du Treno ETR 500 AnsaldoBreda à FS (les chemins de fer italiens), du Shuttle, qui relie la France et l’Angleterre, en 1992. Et en 1991, pour les CFF, la locomotive RE 460, souvent surnommée la «Lok 2000». La carrosserie de cette machine, griffée «Pininfarina», avait à l’époque largement dépassé les limites de la vocation esthétique et permis l’homologation de 119 engins pour rouler à 200 km/h. Au moins jusqu’en 2035!

Depuis plus d’un siècle, la compagnie MOB (Montreux Oberland bernois) promène les vacanciers, dont la majorité vient de Chine. Photo: Valentin Flauraud/VFLPIX.com

Vue frontale sur le paysage

Ce rayonnement de la firme transalpine sur le marché ferroviaire se poursuit, comme le démontre la commande de MOB, confirmée en septembre 2016. «Nous avons été confrontés à de nouveaux standards de sécurité. Ils n’ont bien sûr pas manqué de limiter notre liberté de création. Sans que nous perdions pour autant notre volonté de faire de beaux objets, en dépit d’obstacles techniques ou réglementaires. Tel est le sel de notre activité de créateur», témoigne le directeur des projets design, Alfredo Palma.

«Nous avons la volonté de faire de beaux objets, en dépit d’obstacles techniques ou réglementaires»

L’inspiration de Pininfarina a en outre intégré quelques atouts que les clients ne manqueront pas de mettre en avant. «Les nouvelles normes de sécurité ont imposé un changement de la position du mécanicien, en tête du convoi. Mais il a été possible de maintenir une large baie vitrée au-dessus de lui. Nos voyageurs pourront dès lors apprécier une vue proprement frontale sur les paysages», se félicite le directeur du MOB, Georges Oberson. Les spécificités des fenêtres des futurs trains permettent, en plus, d’éviter tout effet de reflet ou de réverbération sur les photos prises par les passagers. Des détails décisifs pour continuer de rivaliser avec des concurrents tel Glacier Express, dont les trains relient Zermatt à Saint-Moritz, via le col de l’Oberalp, à plus de 2030 mètres d’altitude et près de la source du Rhin.

Forte croissance en Corée

Cette concurrence n’intimide pas pour autant le MOB. La compagnie vaudoise confirme ses capacités de croissance depuis de nombreuses années, avec un chiffre d’affaires en hausse de 65% entre 2000 et 2018. Sa clientèle est constituée à 85% de vacanciers, dont près de la moitié vient de loin: en majorité des citoyens chinois, suivis de Français et d’Indiens. «Les plus fortes hausses de la demande sont toutefois observées en Corée du Sud et en Thaïlande. Après dix ans de lutte contre les effets d’un franc trop fort sur le marché allemand, nous accueillerons en outre 6000 passagers de Bavière et du Bade-Wurtemberg en juin, juillet et août», se réjouit Georges Oberson.

Créé: 22.06.2019, 23h00

Des compagnies concurrentes et solidaires

Concurrence et solidarité cohabitent sur le marché des chemins de fer, au cœur des Alpes suisses. Ce contexte est en grande partie dû à des verrouillages inscrits dans l’histoire et à des reliefs complexes. Ces éléments imposent souvent le respect mutuel et le partage des capacités. Autrement dit pragmatisme et partenariats.

Du fait d’une étroite complicité, rodée depuis des décennies avec BLS, le MOB inaugurera sa nouvelle offre Goldenpass Express le 13 décembre 2020. Il s’agira d’une ligne directe Montreux-Interlaken, quatre fois par jour. Ce projet se réalisera grâce à un bijou technologique, élaboré par le MOB et construit par Alstom (le bâtisseur du métro de Lausanne): un bogie à écartement variable, révolutionnaire.

Ce chariot amovible assurant la liaison entre le rail et le châssis du wagon permettra aux rames du MOB de passer de leur propre réseau, large d’un mètre, à la voie dite ordinaire du BLS, large de 1,43 mètre. Il induit en outre, simultanément, une élévation de 35 à 55 centimètres entre le rail et le châssis.

Cette opération se fera en quelques secondes sur la voie 7 de la gare de Zweisimmen, où a été installée une station d’écartement conçue par la société d’ingénierie zurichoise Prose. En comptant tout de même le changement de locomotive nécessaire pour la suite du voyage, tout cela s’effectuera en 8 minutes, à l’aller comme au retour.

Au-delà de tels partenariats, plus ou moins sophistiqués, chaque compagnie de chemin fer alpin se bat pour convaincre des clients du monde entier. Le plus souvent en partageant le flair d’ambassadeurs-démarcheurs communs, sur les marchés les plus porteurs.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.