Le MCG veut faire payer les pendulaires solitaires

Le député genevois Patrick Dimier propose de taxer les travailleurs venant de l’extérieur du canton quand ils sont moins de trois à bord d’une voiture.

Le texte prévoit que seuls les véhicules avec au moins trois personnes à bord puissent entrer gratuitement sur le territoire cantonal genevois (Photo d'illustration).

Le texte prévoit que seuls les véhicules avec au moins trois personnes à bord puissent entrer gratuitement sur le territoire cantonal genevois (Photo d'illustration). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Si vous rechignez à adopter les transports publics ou le covoiturage, le MCG se propose de vous les faire aimer en tapant dans votre porte-monnaie. Le député au Grand Conseil genevois Patrick Dimier, appuyé par trois camarades de parti, vient de lancer un projet de loi concernant les pendulaires, qu’ils viennent de France ou des autres cantons suisses.

Le texte prévoit qu’ils ne pourraient entrer gratuitement sur le territoire cantonal «qu’avec trois personnes au moins à bord d’un même véhicule», les usagers seuls au volant devant eux «s’acquitter d’une taxe CO2 équivalente au double de la carte journalière TPG (ndlr: celle-ci vaut actuellement 10 fr.) à chaque passage de la frontière cantonale».

Les mesures envisagées frapperaient le seul trafic pendulaire, désigné comme le «principal perturbateur», «le plus désagréable et le plus polluant» et «indésirable» dans l’exposé des motifs accompagnant le projet de loi. Le même texte précise que les usagers en visite ponctuelle à Genève échapperont à la dîme.

«Une question de volonté politique»

Comment compte-t-on mettre en pratique concrètement un tel dispositif? «C’est une simple question de volonté politique, assure Patrick Dimier. Les numéros d’immatriculation des personnes travaillant à Genève ont jadis été enregistrés, il suffirait de remettre ceci en place et de coupler cette base aux actuels instruments électroniques.»

Le projet de loi évoque deux limites soumises au paiement: l’une à la frontière cantonale, l’autre en limite des zones urbaines définies par la législation de 2016 sur la mobilité. Laquelle est la bonne? «Il faut parfois permettre aux pendulaires de descendre jusqu’à un parking d’échange ou à celui de telle grande organisation internationale, justifie-t-il. Un projet de loi ayant vocation à être débattu, je laisse une marge de discussion.»

Le texte ne manque pas de faire froncer le sourcil sur les bancs d’en face. Député socialiste, Thomas Wenger trouve l’idée mauvaise: «C’est par des incitations qu’on encouragera la pratique du covoiturage et qu’on fera remonter le taux d’occupation des véhicules, aujourd’hui très bas à environ 1,2 personne par voiture. On peut par exemple définir des voies réservées aux véhicules bien occupés, comme cela a été fait à la douane de Thônex-Vallard. Cette idée de taxe à la frontière n’est autre qu’une façon de cibler les frontaliers.» Grief dont Patrick Dimier se défend, les pendulaires vaudois étant aussi visés.

«Contraire à la Constitution»

Autre reproche, la taxe proposée ressemble fort à un péage routier, dont Thomas Wenger a d’ailleurs été le promoteur. «Tout péage est contraire à la Constitution fédérale, rappelle le socialiste. On peut imaginer que le Parlement octroie des dérogations à cette règle pour permettre des expériences pilotes à durée limitée de péage urbain, mais un tel dispositif ne porterait que sur l’hypercentre d’une ville, il ne saurait s’étendre sur un périmètre comme un canton entier!»

Patrick Dimier, lui, n’en démord pas. «Soit on se cache derrière la Constitution pour ne rien faire, soit on veut faire baisser la pression sur le centre et on agit en demandant une dérogation», tranche-t-il. Pour lui, le moyen envisagé n’est pas discriminatoire, puisqu’il ne vise pas qu’une seule population.

L’élu met aussi en avant l’agenda: «Il faudra pousser un peu les usagers si on veut qu’ils utilisent le Léman Express!» Un réseau ferré transfrontalier dont le déploiement intégral est prévu ce 15 décembre et dont le MCG n’a pas été le plus ardent défenseur, historiquement. Il a en effet été le premier pourfendeur de la liaison ferroviaire CEVA durant la précédente décennie.

Créé: 26.10.2019, 22h59

Articles en relation

Un contournement par la France redonne espoir à Soral

Mobilité Pour se délester du trafic pendulaire, le village songe à un nouvel évitement par la Haute-Savoie, qui dit son intérêt. Plus...

Le trafic pendulaire devra éviter le village de Cartigny

Mobilité A titre de test, des signalisations détourneront une partie de la circulation aux heures de pointe. Plus...

Le trafic pendulaire mis à mal par un chantier

Bellegarde Des travaux vont bloquer durant dix mois l’accès à Bellegarde en provenance du Pays de Gex. Contraignant mais indispensable. Plus...

L’effectif frontalier repart à la hausse dans l’Ain

Phénomène pendulaire En baisse entre 2013 et 2014, le nombre de pendulaires augmente dans le département voisin, notamment dans le bassin bellegardien. Plus...

Un pendulaire genevois sur deux vient de Nyon

Emploi lémanique Environ 10% des personnes travaillant à Genève font la navette avec d’autres cantons. La moitié s’arrête à Nyon en rentrant. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dix écoles genevoises cambriolées
Plus...