Des maisons en plastique pour écumer les déchets de la Terre

Le sculpteur Igor Ustinov et le vice-président de Roche André Hoffmann étaient à Davos pour promouvoir un concept d’économie circulaire. L’idée intéresse les géants du recyclage.

S’il est trop tôt pour dire combien coûtera une maison en plastique, UHCS estime qu’elle sera nettement moins chère qu’une maison traditionnelle.

S’il est trop tôt pour dire combien coûtera une maison en plastique, UHCS estime qu’elle sera nettement moins chère qu’une maison traditionnelle. Image: Atelier zéro2

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Construire des maisons en plastique, bon marché, abordables pour le plus grand nombre. L’idée apparaît de prime abord comme farfelue et à contresens de l’histoire. Pourtant, deux hommes pensent qu’ils ont probablement trouvé une solution élégante et durable pour recycler de manière noble les matériaux en PET. L’idée consiste à transformer les déchets de PET recyclé, le matériau d’emballage de la plupart des bouteilles en plastique, en éléments de construction. «L’idée m’est venue en visitant des camps de réfugiés. Je voulais faire quelque chose pour les enfants, leur offrir une place de jeu, modulable et bon marché. J’ai imaginé utiliser du plastique que l’on trouve généralement en quantités sur place. Puis, en réfléchissant, je me suis dit non. Ce sont des maisons dont tous ces gens ont besoin.»

Celui qui nous parle sous une tente, devant l’Hôtel Derby, à Davos, à quelques centaines de mètres du Palais des Congrès, n’a pas le profil des dirigeants de start-up. Il n’est ni ingénieur, ni architecte. D’ailleurs, il ne le revendique pas, le titre d’entrepreneur. Igor Ustinov, fils du célèbre acteur et metteur en scène britannique, est sculpteur. Le voilà, à 60 ans passés, inventeur, lauréat de la Meilleure invention 2017 décernée par l’IFIA, la Fédération internationale des associations d’inventeurs. Le projet est aujourd’hui soutenu par Bertrand Piccard, à la tête de la Fondation Solar Impulse.

Igor Ustinov, lauréat de la Meilleure invention 2017 décernée par l’IFIA et derrière le projet des maisons faites à base de plastique. Photo: 24heures

Le concept est en passe de devenir réalité, avec la complicité de son ami, André Hoffmann, vice-président de Roche, fondateur du WWF. Ils viennent tout juste de fonder UHCS (Ustinov Hoffmann Construction) à Sion, et imaginent réaliser un premier bâtiment à Annecy, en France voisine. À Davos, ils ont semé leur petite graine, laquelle intéresse des géants des déchets qui cherchent des solutions pour recycler les montagnes de plastique qui finissent trop souvent dans les rivières et les océans.

L’idée: réutiliser le PET pour le transformer en profilés qui s’assemblent, tel un jeu de Lego, pour former murs, planchers et plafonds, constituant une structure cubique modulaire de 3 mètres sur 4,2. Les profils, nés des dessins d’Igor Ustinov, ont été brevetés et testés en collaboration avec l’Empa, la division spécialisée des EPF sur l’étude des matériaux.

«À partir des structures, on peut créer une maison ou un petit immeuble de deux étages en lui apportant une touche architecturale personnalisée et adaptée à la région, sans que ses habitants aient l’impression de vivre dans une maison en plastique, explique Igor Ustinov. L’idée n’est pas de créer une maison pour les pauvres! D’ailleurs, je pense même que notre première maison devrait être construite pour abriter les locaux de UHCS. Elle répondra aux critères de confort et d’esthétique de la région. En Afrique, les revêtements extérieurs ou intérieurs pourraient utiliser la terre ou les matériaux disponibles et respecter l’architecture locale.»

Dans le monde, des entrepreneurs suivent une idée comparable, telle Conceptos Plasticos, une société active en Colombie qui y a déjà construit plusieurs maisons ainsi qu’au Mexique ou au Costa Rica. Avec, toutefois, des éléments moins sophistiqués. Pour Ernst Thomke, célèbre pour avoir lancé l’industrialisation de la Swatch: «La technologie développée par UHCS sera ce que Swatch était à l’horlogerie au début des années 80. Une révolution dans la simplicité», déclarait-il en mai 2019, au moment de la création de la société.

La vraie innovation ne réside pas dans le seul usage du PET, mais dans le circuit économique induit par la récupération du plastique. Les fondateurs d’UHCS imaginent localement un système de collecte des plastiques. «Je travaille sur le concept d’une déchetterie où la population pourrait rapporter ses déchets et se verrait créditer d’un petit montant sur la carte prépayée de son téléphone, poursuit Igor Ustinov. Les citoyens seraient ainsi incités à la collecte systématique.» Une étude au Kenya a démontré qu’avec la récolte des bouteilles de plastique, le pays pourrait construire 100 000 maisons UHCS chaque année.

Combien une telle maison coûte-t-elle?

Il est encore trop tôt pour en évaluer les coûts, mais les premiers travaux montrent qu’ils devraient être nettement inférieurs à ceux d’une maison traditionnelle. Les futures habitations estampillées UHCS seront produites sous licence, en collaboration avec des industriels locaux. Reste un obstacle à surmonter: le plastique a mauvaise réputation et souffre du désastre écologique qu’il a engendré partout sur la planète. Mais intrinsèquement, c’est un matériau remarquable, abondant en raison de son usage phénoménal dans de nombreux secteurs mais dont le recyclage ne débouche pas aujourd’hui sur des solutions satisfaisantes. «En fait, si vous réfléchissez, tout ce plastique dont on ne sait que faire une fois utilisé permettrait d’économiser le sable et la pierre qui commence à manquer partout. Nos maisons apportent une solution durable à un problème gigantesque et qui paraissait insoluble.»

Il fait grand beau à Davos. On quitte Igor Ustinov en se disant que, dans cette crise écologique mondiale, le seul espoir viendra d’inventeurs et probablement de ceux qui font de la simplicité un vecteur de développement.

Créé: 29.01.2020, 16h48

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Selon Hodgers, les récentes votations bloqueront la construction de 20.000 logements
Plus...