L’immeuble de la Servette devrait être démoli et reconstruit

Le bâtiment qui menaçait de s’écrouler devra être reconstruit. Les locataires ont quasi tous été relogés depuis octobre.

Le bâtiment a été provisoirement consolidé par la pose de 1548 étais.

Le bâtiment a été provisoirement consolidé par la pose de 1548 étais. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Évacué subitement en octobre dernier, l’immeuble de la rue de la Servette souffrant de malfaçons devrait être démoli. Les propriétaires des allées 89 et 91 ont déposé une demande en ce sens à l’État de Genève. Les investigations menées ont révélé que le bâtiment ne pourra être sécurisé efficacement. Au grand dam des possesseurs. Ils avaient entrepris des rénovations avant la découverte des problèmes structurels.

«Pour des questions de coûts, La Foncière aurait favorisé une solution permettant de conserver la partie déjà surélevée, explique Marc Comina, porte-parole des propriétaires. En raison de la qualité médiocre du béton, les ingénieurs ont cependant recommandé de ne prendre aucun risque et de reconstruire à neuf, ce qui sera donc fait.»

La Foncière précise avoir déjà investi «plusieurs millions» dans l’agrandissement avorté de l’immeuble. À perte donc. Cette démolition-reconstruction va coûter encore davantage aux propriétaires. «La Foncière est en train d’établir une planification financière précise, mais on peut d’ores et déjà anticiper plusieurs centaines de milliers de francs pour la démolition et plusieurs millions pour la reconstruction», admet le porte-parole. La demande déposée auprès du Canton prévoit la création d’un immeuble surélevé de trois étages, correspondant au résultat des travaux menés jusqu’en octobre. L’ensemble disposera de trois entrées au lieu de deux.

Trois ans de retard

Les propriétaires estiment que la démolition devrait prendre entre quatre et six mois, en fonction du délai de délivrance de l’autorisation de l’État. La construction du nouvel immeuble devrait nécessiter environ dix-huit mois. «Alors que le chantier aurait dû être achevé en 2020, il faut donc s’attendre à un retard d’environ trois ans sur la planification initiale», estime Marc Comina. À l’heure actuelle, le bâtiment a été consolidé par la pose de 1548 étais. Les entrées font encore l’objet d’une surveillance continue pour éviter toute intrusion.

Les consignes d’évacuation avaient été données aux habitants le 2 octobre dernier. Ils avaient une semaine pour quitter les lieux. Les propriétaires promettaient de tout faire pour les reloger dans les plus brefs délais et dans les meilleures conditions. Ils assurent que c’est pratiquement chose faite. «La Foncière a l’immense satisfaction de pouvoir annoncer que la quasi-totalité des locataires d’appartements passent les Fêtes dans leur nouvel appartement, indique le porte-parole.

En outre, les importantes indemnités prévues par la convention négociée avec l’Asloca ont été versées entre le 15 et le 20 décembre, soit avant la période des fêtes de fin d’année. Sur la trentaine de logements concernés, trois locataires résident encore dans les apparthôtels alors qu’une personne se trouve en maison de repos.»

La situation est plus délicate pour les commerçants. Ceux qui se trouvaient dans les étages ont déjà pu trouver une solution, «à une exception près», précisent les propriétaires. Ces derniers ont pris en charge les frais d’aménagement des nouveaux locaux. Par contre, La Foncière assure continuer les démarches pour ceux qui bénéficiaient d’une vitrine au rez-de-chaussée. «Des solutions ont été envisagées, mais n’ont pas pu être concrétisées parce que les surfaces étaient trop grandes ou les loyers trop élevés, explique Marc Comina. Des négociations sont en cours avec les titulaires de ces baux commerciaux pour signer en janvier une convention qui règle la question de manière définitive.»

À noter que le sort du numéro 93 de la rue de la Servette est indéterminé. Nous n’avons pas pu joindre les propriétaires de l’immeuble, et Migros, qui dispose d’un magasin dans le bâtiment, affirme ne pas pouvoir prendre position avant mi-janvier. Peu après l’évacuation, le géant orange affirmait toutefois vouloir conserver son enseigne de la Servette.

Satisfaction de l’Asloca

L’Asloca salue l’action des propriétaires. «Cela s’est plutôt bien passé, confirme l’avocat Me Christian Dandrès. Pour les locaux d’habitation, l’accord-cadre négocié en octobre a été respecté. Concernant les commerçants, la situation est plus compliquée et les discussions sont toujours en cours.» Cette démolition-reconstruction permet aussi d’apaiser les craintes quant à une éventuelle spéculation des propriétaires. Ils auraient pu vouloir rénover les lieux pour augmenter les loyers. «La loi s’appliquera, explique Me Dandrès. Elle prévoit un plafonnement des loyers après une reconstruction. Même si cela est limité dans le temps, le risque en est contenu.»

Créé: 04.01.2020, 23h00

Articles en relation

Le feuilleton commence à la Servette

L’éditorial Plus...

Quartier de la Servette: de nouveaux immeubles vont être expertisés

Quartier de la Servette Par précaution, la Ville de Genève va examiner les bâtiments qu'elle possède aux Asters, construits par les architectes qui ont édifié la barre d'immeubles en piètre état des 89, 91 et 93 rue de la Servette. Le complexe immobilier des Asters regroupe 280 appartements. Plus...

Méfiants, les commerçants de la Servette réclament les expertises

Immeubles évacués Une dizaine de professionnels de la santé ou d’arcades commerciales sont aussi sous pression. Plus...

Évacuation à la Servette: «C’est étrange de devoir partir comme ça»

Le Matin Dimanche Des habitants ont dû quitter leur logement situé dans un immeuble qui menace de s’effondrer. Une des premières locataires à avoir été relogée témoigne. Plus...

L’Asloca propose une convention pour les habitants évacués

Immeubles de la Servette Les défenseurs des locataires vont demander aux propriétaires de signer un document pour aider les habitants à se reloger. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: les communes les plus riches ont le plus de chiens
Plus...