Passer au contenu principal

«La harceleuse de notre fille continue de sévir»

L’adolescente s’est suicidée en 2017. Elle était victime de cyberharcèlement. Désemparés par le traitement judiciaire de l’affaire, ses parents demandent aux parlementaires d’agir.

Nadya et Candid Pfister montrent une photo de leur fille Céline
Nadya et Candid Pfister montrent une photo de leur fille Céline
René Ruis/LMD

Le 28 août 2017, Céline, 13 ans, se suicidait chez elle, à Spreitenbach (AG). Elle était victime de cyberharcèlement. Ce cas, un des plus dramatiques jamais vus en Suisse, a suscité un vif émoi. Près de deux ans après la mort de leur fille, Nadya et Candid Pfister ont décidé de s’engager sur la place publique, fâchés par le traitement judiciaire de l’affaire. «L’État n’a envoyé aucun signal. Et pendant ce temps, la harceleuse de notre fille continue de sévir.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.