À Genève, Migros teste les limites du travail les dimanches

Migros-VOI a deux magasins ouverts tous les jours au bout du lac. Les clients affluent. Mais les critères autorisant l’ouverture dominicale ne seraient pas remplis.

Le concept de Migros-VOI, qui compte aujourd’hui 55 magasins dans le pays, a été lancé il y a une dizaine d’années en Suisse alémanique.

Le concept de Migros-VOI, qui compte aujourd’hui 55 magasins dans le pays, a été lancé il y a une dizaine d’années en Suisse alémanique. Image: Béatrice Devènes

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ça joue des coudes pour ouvrir le dimanche. À la fin de l’année dernière, Migros-VOI a inauguré deux enseignes à Genève, où il est possible de remplir son frigo tout le week-end. Une première incursion en terre romande pour cette franchise alémanique du géant orange. «On réinvente l’épicerie de proximité avec des produits de grands distributeurs, ce qui correspond à un véritable besoin dans les villes», analyse Nicolas Inglard, directeur du cabinet Imadeo, spécialiste en commerce de détail.

Mais le chemin est semé d’embûches. Migros-VOI se retrouve sur le radar des autorités genevoises. La législation fédérale est stricte en matière d’ouverture dominicale. Aucun salarié ne doit travailler le dimanche. C’est là que le bât blesserait.

Selon nos sources, l’Office cantonal de l’inspection et des relations du travail (OCIRT) aurait déterminé que l’enseigne ne remplissait pas les critères pour ouvrir le dimanche. «Nous ne pouvons pas donner des informations précises sur un dossier, secret de fonction oblige, mais nous nous attendons à ce que cette problématique générale soit portée devant les tribunaux», répond Laurent Paoliello, directeur de la communication du Département de la sécurité, de l’emploi de la santé (DSES) à Genève. Du côté de Migros, on ne souhaite pas faire de commentaire, «tant qu’il n’y a rien d’officiel».

Que dit la loi? Les commerces ne peuvent écouler mandarines, légumes et autres paquets de lessive que quatre dimanches par an au maximum. Mais il existe des exceptions. Les magasins situés dans des lieux touristiques ou dans les aéroports et les gares peuvent ouvrir comme bon leur semble. À fin 2018, le discounter Aldi inaugurait ainsi un supermarché en gare de Lausanne, fonctionnant tous les jours. Dans le même temps, Coop faisait de même en gare de Genève. Migros y est depuis longtemps implanté et cartonne le dimanche.

Second cas de figure, les enseignes où seuls travaillent les gens occupant «une fonction dirigeante» et la famille proche peuvent être ouvertes. Migrolino, Partenaires Migros et autres Coop Pronto s’inscrivent dans ce cadre. Il s’agit de magasins indépendants où un patron signe un partenariat ou reprend la franchise d’un distributeur. À Fribourg, un magasin Denner de ce type vient d’ouvrir, qui sert la clientèle le dimanche matin. «Deux autres Denner Partenaire vont ouvrir cette année à Gimel (VD) et à Savièse (VS)», ajoute Thomas Kaderli, le porte-parole de l’enseigne. À Genève, Migros-VOI devra démontrer aux autorités qu’il peut bénéficier de cette exception.

Du besoin de souplesse

Le concept est dans l’air du temps. «Les retours sont excellents, tant sur les chiffres, la fréquentation et l’ambiance», assure Tristan Cerf, porte-parole de Migros. Cela n’est pas surprenant, car les aspirations évoluent. «La vie des consommateurs change, souligne Nicolas Inglard. Les gens ne prévoient plus trois jours à l’avance les courses à faire.» De la souplesse est demandée, il faut pouvoir faire ses achats à la dernière minute, le dimanche aussi. «La nature a horreur du vide, estime le consultant. Si les commerçants ne s’adaptent pas,les clients iront voir ailleurs, par exemple en France, pour répondre à la demande dominicale.»

La génération des millennials, ces trentenaires soucieux d’allier écologie, boulot et intérêt personnel pour obtenir une meilleure qualité de vie, y est particulièrement sensible.

Le son de cloche est différent du côté des syndicats. «C’est une stratégie du N° 1 du commerce de détail pour ouvrir des magasins avec des horaires étendus le soir et le dimanche, s’insurge Virginie Pilault, porte-parole d’Unia. La nouvelle offensive de Migros avec VOI ne fait qu’augmenter le nombre de personnes qui travaillent le dimanche et n’est guère socialement responsable.»

Les Migros-VOI ressemblent à des Migros classiques, hormis la couleur où le vert est dominant. Elle propose les produits du géant orange, les clients bénéficient aussi de ses actions promotionnelles. Les franchisés écoulent aussi du tabac et de l’alcool, ce que s’interdit le géant orange. Comme indépendants, ils jouissent par ailleurs d’une marge de manœuvre pour fixer les horaires d’ouverture. L’enseigne ne compte pas s’arrêter là. «Nous prévoyons d’ouvrir d’autres unités sur Genève et nous restons attentifs à tous les développements au sein du canton, confie Tristan Cerf. Nous pourrions avoir, entre Genève et le district de Nyon, environ 5 à 7 unités d’ici à cinq ans.» Tous n’ouvriront pas forcément le dimanche. Les syndicats sont méfiants. «Cette logique pousse au travail 7 jours sur 7, 24 heures sur 24 qui nuit tant aux conditions de travail du personnel qu’à la qualité de vie des citoyens, s’inquiète Virginie Pilault. Cette position est largement partagée par la population car nous gagnons la majeure partie des votations populaires sur les horaires d’ouverture.» En clair, les positions sont irréconciliables.

Créé: 14.09.2019, 22h58

Le supermarché automatisé arrive

Le magasin automatisé va bousculer les habitudes. Dans l’Hexagone, une quarantaine de supermarchés sans employés ouvrent déjà leurs portes le dimanche après-midi. La France est même passée à la «taille» supérieure. Casino vient d’ouvrir à Angers un hypermarché entièrement automatisé, ouvert le dimanche. «C’est une pratique totalement nouvelle où les magasins fonctionnent sans personnel», relève Nicolas Inglard, directeur du cabinet de consultant Imadeo.

Aux États-Unis, une vingtaine de magasins Amazon Go sans personnel sont testés. Tout se fait avec son smartphone. Des capteurs et une dose d’intelligence artificielle sont utilisés pour déterminer les produits pris en rayon. La facture est débitée automatiquement par une application.

La Suisse n’y est pas encore. Valora a bien lancé son container sans caisse en gare de Zurich, où l’on peut trouver un petit assortiment de produits. Mais cela reste anecdotique. Les géants de la distribution disent ne pas privilégier ce concept. La Coop ne prévoit pas de lancer des magasins automatisés ouverts le dimanche. La Migros non plus. «Les terminaux self-checkout ou self-scanning ne sont pas adaptés au concept de magasins sans personnel, car la présence de collaborateurs/trices aux terminaux Subito est essentielle à la bonne marche du système», explique son porte-parole, Tristan Cerf.

Jusqu’à quand? Car le cadre légal s’y prête. Aucun texte ne prévoit la nécessité d’obtenir une autorisation pour l’ouverture d’une telle forme de distribution. «Pour autant que les règles communales d’ouvertures des magasins ainsi que les dispositions de la loi sur le travail soient respectées, rien n’empêcherait théoriquement d’ouvrir en ayant recours au self-scanning», confirme Aurélie Haenni, collaboratrice personnelle du chef du Département de l’économie vaudois (DEIS). Intéressant pour un secteur où la compétition fait rage et où les marges se retrouvent sous pression. N.PY

Articles en relation

À Nyon, les vendeuses montent au front contre l'horaire du samedi

Commerce Le personnel de vente veut combattre en référendum l'heure supplémentaire accordée jusqu'à 19h le samedi par le Conseil communal. Plus...

La Migros de la gare étend ses horaires d’ouverture

Vente prolongée Depuis lundi, le magasin de Cornavin est ouvert une heure de plus par jour. Les étudiants gardent la maison. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Berne: les poussins ne seront plus broyés mais gazés
Plus...