Feux en Australie: «Il n’y a pas que les koalas qui disparaîtront»

L'impact des incendies qui ravagent l’Australie sur l’écosystème et la biodiversité est dévastateur. De nombreuses espèces déjà menacées pourraient ne pas s’en remettre.

Image: EPA/DAVID MARIUZ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les feux de brousse, les Australiens y sont habitués. La chaleur, la sécheresse et les incendies sont des phénomènes récurrents durant l’été austral. Mais les feux qui ravagent l’île-continent depuis le mois de septembre sont d’une intensité et d’une ampleur sans précédent. Bientôt 9 millions d’hectares partis en fumée, au moins 27 morts, 2000 maisons réduites en cendres, des dizaines de milliers d’habitants évacués, plus d’un milliard d’animaux sauvages tués, un écosystème dévasté et une biodiversité unique au monde désormais en sursis. Et ce n’est pas fini. La crise est loin d’être terminée selon les autorités. Elle devrait encore durer des semaines, voire des mois. À l’autre bout du monde, l’été s’achève fin février.

Cliquez pour agrandir

«Cocktail explosif»

Selon les scientifiques, cette catastrophe résulte d’une période de sécheresse exceptionnelle aggravée par le réchauffement climatique. «Un cocktail explosif», estime Nerilie Abram, chercheuse et professeure à l’Australian National University, à Canberra, et auteure en charge de la coordination d’un rapport spécial du GIEC.

Dans le centre du pays en proie à des températures caniculaires, les animaux meurent de faim et de soif. Près de 10'000 dromadaires cherchant désespérément à s’abreuver à l’abord des villages vont ainsi être abattus. Tandis que dans le sud-est, les bêtes brûlent. Et ce n’est pas faute d’avoir prévenu. «Mes collègues australiens alertent le gouvernement depuis des années, ils ne sont pas écoutés», explique Franck Courchamp, écologue et directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), à Paris.

Extinction accélérée

Selon Chris Dickman, chercheur à l’Université de Sydney, plus d’un milliard d’animaux ont péri dans ces incendies. «Les feux de brousse tuent directement les animaux, mais détruisent aussi leurs habitats. La plupart des survivants succombent en raison du manque de nourriture, de refuges et de la prédation d’autres espèces», précise Rebecca Keeble, directrice régionale Océanie du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), à Sydney.

Le précédent bilan de 480 millions de victimes avancé par Dickman ne concernait que l’État de Nouvelle-Galles du Sud et uniquement les mammifères, les oiseaux et les reptiles, mais n’incluait pas les chauves-souris, les grenouilles, les poissons et les insectes, explique-t-il sur le site de l’institution. Un chiffre effrayant, mais plus que crédible et qui pourrait même s’avérer en deçà de la réalité, confirme Franck Courchamp qui a eu l’occasion de travailler à plusieurs reprises avec le Pr Dickman et qui estime qu’«à terme le désastre sera colossal». «Près de 80% de la faune australienne est endémique, c’est-à-dire présente uniquement en Australie, et 20% des mammifères étaient déjà menacés d’extinction avant cette catastrophe. Certaines espèces ne s’en remettront pas et dans les décennies à venir elles risquent fort de disparaître.»

Les koalas, pour ne citer qu’eux, auraient perdu 30% de leurs effectifs dans ces incendies, alors que le pays n’en comptait plus que 28'000

«Même s’ils n’ont pas entièrement disparu dans les incendies, le risque d’extinction est majeur. Parce qu’ils n’auront plus d’habitat, que trop d’individus auront disparu brusquement et que la population ne sera plus assez forte pour redémarrer. L’espèce sera alors ce qu’on appelle fonctionnellement éteinte», ajoute le spécialiste français. Selon Rebecca Keeble, «cette catastrophe pourrait localement donner le coup de grâce à plusieurs espèces déjà en danger».

Capacité de résilience à rude épreuve

S’agissant de la végétation, le constat est tout aussi alarmant. «La forêt en Australie est adaptée aux feux modérés, en général elle se régénère très facilement. Mais l’intensité des feux est telle que des grands arbres, des racines et des graines – qui en principe résistent – ont été calcinés.

La base même de l’écosystème a disparu et il va falloir plusieurs décennies pour qu’il se reconstitue. Lorsqu’il n’y a plus de racines pour maintenir le sol, la recolonisation des plantes est beaucoup plus lente», poursuit-il.

Pour couronner le tout, ces incendies ont (jusqu’à présent) provoqué le rejet de 250 millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère. «Et les forêts ne seront plus là pour jouer leur rôle de récupération du carbone», se désole le scientifique pour qui seule une volonté politique de la part du gouvernement australien pourrait limiter les dégâts de ce désastre écologique programmé.


Ces images qui ont trompé les internautes sur les réseaux sociaux

Le kangourou et sa «sauveuse»

Sur cette vidéo, partagée en masse sur les réseaux sociaux, un kangourou fait un câlin à une femme pour supposément la remercier de lui avoir sauvé la vie lors des incendies ravageant l'Australie.

Laura Brown, la femme de la vidéo, dément sur son compte Instagram avoir sauvé ce kangourou, nommé Queen Aby, des flammes. Il s'agit en fait d'une vidéo prise lors de sa présence au Kangaroo Sanctuary à Alice Springs. Même si la scène a été filmée pendant la période des incendies, il ne s'agit pas ici d'un sauvetage.

Le koala et le pompier

Cette photo d'un pompier sauvant un koala des feux a fait le tour des réseaux sociaux. Bien que très touchante, il s'agit là d'une mise en scène. En effet, cette image est tirée d'un spot publicitaire réalisé en mars 2018 par la NRMA Insurance, une assurance australienne.

La «photo» satellite de la NASA

Sur la légende accompagnant cette photo, il est souvent indiqué qu'il s'agit d'une photo satellite prise par la NASA qui montre l'ampleur des feux en Australie. En réalité, il s'agit d'une modélisation 3D créée à partir d'un logiciel et non d'une photo. C'est l'artiste Anthony Hearsey qui en est à l'origine. Pour la réaliser, il a compilé les données visuelles des incendies récoltées par la NASA et l'a publiée sur son compte Instagram début janvier 2020.

Voir cette publication sur Instagram

* Didn’t realise this would go viral ???? PLEASE READ BELOW. * Regarding False Information. This has occurred NOT because of this post, or my information being inaccurate. It has been Zucc'd because other people have shared this image with the caption "This is a NASA photograph". This image has been flagged as a result. This is a 3D visualisation of the hotspots in Australia. NOT A PHOTO. Think of this as a graph. Also note this was created as an art piece This is made from data from NASA’s FIRMS (Satellite data regarding fires) between 05/12/19 - 05/01/20. These are all the areas which have been affected by bushfires. https://firms.modaps.eosdis.nasa.gov/map/#z:5;c:137.4,-27.9;t:adv-points;d:2019-12-05..2020-01-05;l:dark_gray,firms_viirs,firms_modis_a,firms_modis_t Scale is a little exaggerated due to the render’s glow, but generally true to the info from the NASA website. Also note that NOT all the areas are still burning, and this is a compilation. This image is copyrighted by Anthony Hearsey. Please contact for usage. DONATE HERE - https://linktr.ee/lukebakhuizen?fbclid=IwAR1hxUc97BXMPIxjiJqcVW7uG8wlgkPLfyO2wVFLVRDSw5X6cXAGeBuikeM _ #bushfires #render #visualisation #data #3d #australia #climatechange #disaster #fire #infographic #cinema4d #graphic #nasa

Une publication partagée par Anthony Hearsey (@anthony_hearsey) le

Le tigre qui brûle

Sur la page Facebook Mr. Fluffy PH, cette publication apparaît comme étant des photos prises en Australie pendant les incendies. Mais si l'on y regarde de plus près, on remarque que même Facebook prévient du manque de fiabilité de ces photos. La photo du tigre est en réalité une photo apparue dans le Daily Mail en novembre 2012. Elle représente des piles d'animaux empaillés (tigres, ours, cervidés) brûlées par les autorités de Jakarta après les avoir confisqués. La deuxième photo, celle du cheval, date, quant à elle, de fin octobre 2019 lors d'incendie en Californie. Celle de la biche provient aussi de Californie, lors des feux de forêts en novembre 2018.

Créé: 11.01.2020, 22h30

9 millions

C’est le nombre d’hectares qui ont brûlé, soit plus de deux fois la superficie de la Suisse et trois fois la surface ravagée par le feu en Amazonie cet été.

1,25 milliard

Selon les experts de l’Université de Sydney, 1,25 milliard d’animaux sauvages ont été impactés par cette catastrophe écologique.

Toujours le chaos

Deux gigantesques incendies ont, sous l’effet des vents, fusionné dans le sud-est du pays en un brasier qui a déjà détruit une superficie 55 fois plus grande que Paris.

L’état de catastrophe naturelle avait été prolongé de 48 heures en prévision de cette nouvelle vague de chaleur, survenue après quelques jours de températures plus favorables à la lutte contre les incendies.

La première ministre de Nouvelle-Galles du Sud, Gladys Berejiklian, a fait état de plus de 130 incendies actifs dans son État, dont une cinquantaine échappant à tout contrôle. AFP

Articles en relation

Incendies: les habitants exhortés à évacuer

Australie Près de 150 incendies font toujours rage dans le Victoria et la Nouvelle-Galles du Sud, les deux Etats les plus touchés qui sont aussi les plus peuplés. Plus...

L’Australie embrase les réseaux

Chronique Plus...

Nouvelles évacuations devant les incendies

Australie Alors que les flammes ravagent toujours une partie de l'Australie, des habitants sont poussés à quitter leur maison face à la chaleur qui s'annonce dans le pays. Plus...

Levée de fonds: avec Federer, Nadal et Williams

Tennis Le Suisse, l'Espagnol et l'Américaine participeront aux matches-exhibition en faveur des victimes des incendies en Australie. Plus...

Des snipers vont abattre 10'000 dromadaires sauvages

Australie Les dromadaires sauvages n'ont pas de prédateur naturel en Australie. Ils sont considérés comme un nuisible qui contamine les sources d'eau et met en péril la faune et la flore indigènes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Smog: les voitures polluantes interdites de centre-ville
Plus...