Épisode 2, six jours avant l’alunissage

Comme en 1969 (2/7)Retour vers le 15 juillet 1969, quand on buvait des «Moon Landers».

La une de la «Tribune de Lausanne» du 14 juillet 1969.

La une de la «Tribune de Lausanne» du 14 juillet 1969.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est ce 15 juillet 1969 à Cap Kennedy (l’actuel cap Canaveral) qu’est lancé le compte à rebours précédant le décollage de la fusée qui doit emmener les astronautes sur la Lune. C’est aussi le dernier jour de repos pour trois hommes de la mission Apollo 11. Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Mike Collins ont quartier libre. Que vont-ils faire de cette journée? Collins a révélé son programme lors de la conférence de presse de la veille: «Dormir, m’étendre au soleil et relire de nouveau le plan de vol.» Le soir, il rejoint Aldrin, Armstrong et des collègues pour partager un dernier repas. «On sait que le président Nixon a fait part de son désir de dîner avec les astronautes avant leur départ mais qu’il n’a pas obtenu gain de cause, car Aldrin, Collins et Armstrong ont été placés en état d’isolation», précise «La Tribune de Lausanne» d’alors.

En dehors, la foule afflue vers Cap Kennedy. Il n’y a plus une seule chambre de libre dans un rayon de 110 kilomètres autour du site de lancement. Des familles louent leur villa pour 200 dollars. Parmi ces visiteurs, il y a des Suisses qui ont acheté un voyage proposé par TWA.

Comme les journaux n’ont pas d’actu Apollo à se mettre sous la dent, «La Tribune» spécule à propos de la mission lunaire soviétique Luna 15, qui a décollé deux jours plus tôt. Les Soviétiques peuvent-ils vraiment arriver sur la Lune avant Apollo 11? Mais pour y faire quoi, avec cette mission qui n’embarque aucun humain?

En soirée, l’excitation gagne tout le monde à Cap Kennedy, y compris Jacques Tiziou, envoyé spécial de «La Tribune»: «Beaucoup de visiteurs s’étaient promis de dormir, ne serait-ce que deux ou trois heures.» La plupart ne vont pas fermer l’œil de la nuit. Beaucoup vont boire des «Moon Landers», un nouveau cocktail créé pour Apollo 11, mais que Tiziou trouve «un peu trop tassé».

Pour se changer les idées, le correspondant marche dans la nuit. Ses pas l’emmènent au MSOB (Manned Spacecraft Operations Building), «là où dorment les astronautes, là où ils vont être réveillés. C’est de là qu’ils vont sortir pour monter dans la camionnette qui les emmènera jusqu’à l’aire de lancement 39a. Je ne me fais pas de souci.»

Créé: 15.07.2019, 07h34

Articles en relation

Épisode 1, sept jours avant l’alunissage

Comme en 1969 (1/7) 14 juillet 1969, cap Kennedy: «Nous sommes prêts à voler.» Un feuilleton sur les 50 ans des premiers pas sur la lune. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.