L’eau minérale de Divonne asséchera-t-elle ses voisins?

La cité thermale française veut lancer sa propre marque d’eau. Mais certains craignent que le pompage d’eau dans le sous-sol ne tarisse les sources alimentant le Pays de Gex et la Versoix. Sans parler du va-et-vient des camions sur La Côte.

La source principale de la Versoix (nommée la Divonne en France).

La source principale de la Versoix (nommée la Divonne en France). Image: Alain Visinand

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En voulant lancer sa propre marque d’eau minérale, Divonne-les-Bains est en train de se mettre à dos plusieurs de ses voisins. Confié à une société privée, le projet de la cité thermale française avance, puisque la demande définitive de permis de construire pour l’usine d’embouteillage vient d’être déposée. Mais il suscite des inquiétudes de part et d’autre de la frontière. Une pétition s’y opposant a déjà recueilli plus de 900 signatures.

L’eau à mettre en bouteilles sera pompée à 140 mètres de profondeur grâce à un forage existant dans le hameau d’Arbère, à l’ouest de la ville. On parle d’un volume de 400 millions de bouteilles par an, destinées en partie à être exportées aux quatre coins du monde. Les adversaires du projet craignent que cela n’épuise les ressources en eau naturelles de la région, lesquelles ne sont déjà pas gigantesques.

Le Pays de Gex achète de l’eau en Suisse

Le Pays de Gex, qui connaît une forte croissance démographique, manque en effet d’eau potable. Depuis 2008, il doit s’approvisionner en partie en Suisse, auprès des Services industriels de Terre-Sainte et Environs (SITSE), sur La Côte. Avec une facture sujette aux fluctuations du taux de change, cela peut lui revenir cher. «Je ne comprends pas qu’on veuille mettre de l’eau en bouteilles pour la vendre à prix fort alors qu’on doit acheter notre eau courante à nos voisins», s’étonne Jacques Dubout, maire de Versonnex, une commune française voisine de Divonne. Il y a un an, lors d’une séance du Conseil communautaire de la Communauté de communes du Pays de Gex (CCPG), la maire de Thoiry, Muriel Bénier, suggérait que si cette eau était commercialisée, il faudrait négocier des compensations financières pour les dépenses que la CCPG doit faire afin de palier à la pénurie d’eau potable. La CCPG a par exemple réalisé un forage exploratoire à Grilly, juste à côté de Divonne. «On ne sait même pas s’il sera encore exploitable ou s’il faudra y renoncer pour ne pas altérer l’eau minérale de Divonne», lâche la maire de Grilly, Judith Hébert, regrettant au passage que les autres communes du Pays de Gex n’aient pas été préalablement consultées.

Du côté suisse, on craint que le pompage d’eau dans un secteur proche des sources de la Versoix n’affecte le débit de cette rivière transfrontalière, qui a battu en octobre son record absolu de sécheresse. Lors du dernier Conseil municipal de Versoix (GE), en novembre, le Vert Yves Richard a invité les élus à signer et à faire signer la pétition. «Le pompage de cette eau risque de poser des problèmes à la nappe phréatique de Versoix. C’est notre patrimoine hydraulique qui est en jeu», a-t-il lancé. Président de la Fédération des sociétés de pêche genevoises (FSPG), Christophe Ebener estime que les autorités du Canton de Genève auraient aussi dû être consultées: «Nous avons déjà eu cinq cours d’eau à sec dans le canton cet été, or ce projet risque d’avoir un impact sur la seule rivière genevoise qui a encore assez d’eau.»

Le collectif «Eau, bien commun» du Pays de Gex, qui a lancé la pétition, va interpeller le ministre français de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy. «Nous considérons que l’eau est un bien qui appartient à la collectivité et qu’elle ne doit pas être privatisée», argue Michel Amiotte, membre du collectif et conseiller municipal à Gex. Le maire de Divonne, Étienne Blanc, qui a relancé ce vieux projet, rétorque que les eaux minérales ont un statut légal à part. «Et puis la Municipalité reste propriétaire de la nappe et du forage. Nous ne faisons que vendre l’eau pompée à l’entreprise qui va la mettre en bouteilles.»

Selon le magistrat, il n’y a aucun risque pour les ressources hydriques de la région: «Le Pays de Gex puise son eau courante moins profondément que nous et il n’y a pas de connexion avec la source de la Versoix.» Christophe Ebener en doute: «On ne peut pas exclure un impact sur les eaux de surface. Dans les massifs karstiques, l’eau monte et descend.»

Quant aux critiques de certains maires du Pays de Gex, Étienne Blanc les balaie: «Ces personnes sont jalouses du prestige de Divonne, ou aigries parce que je me suis opposé à leurs propres projets par le passé.» Il se dit toutefois prêt à discuter d’un partage des revenus que rapportera l’usine d’embouteillage, afin de développer le tourisme dans la région.

Défilé de camions sur La Côte

Un autre point inquiète les voisins de Divonne: le va-et-vient des camions transportant les bouteilles d’eau minérale. Il est estimé à 80 véhicules par jour, qui devraient logiquement emprunter l’autoroute de La Côte, en transitant par Chavannes-de-Bogis (VD). «Mais pour ne pas accroître les émissions de CO2, ce seront des camions électriques, assure Étienne Blanc. Et, à terme, nous espérons pouvoir utiliser le rail, puisqu’un projet de réhabilitation de la ligne ferroviaire du pied du Jura est en cours.» (TDG)

Créé: 15.12.2018, 23h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Parlement veut plus de femmes à la tête des grandes entreprises
Plus...