Glencore porte plainte contre Trafigura aux États-Unis

Matières premièresLe boom des exportations de pétrole américain suscite la convoitise des traders suisses. Et génère des tensions.

Le port de Corpus Christi sur le golfe du Mexique. Trafigura Trading LLC vient d’y livrer une première cargaison de pétrole.

Le port de Corpus Christi sur le golfe du Mexique. Trafigura Trading LLC vient d’y livrer une première cargaison de pétrole. Image: Eddie Seal/Bloomberg

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Terminal Shell de Providence, Rhode Island, le 29 juin 2018. Un cargo du groupe zougois Glencore, le FPMC 20, vend 4,2 millions de gallons d’essence à Trafigura Trading LLC, une filiale américaine du négociant genevois éponyme. Quatre jours plus tard, Nave Pulsar, un autre vraquier de Glencore, livre 7,5 millions de gallons supplémentaires à Trafigura dans le même port.

Ces livraisons d’apparence anodines pourraient faire couler l’encre. Elles ont en effet été suivies d’une action en justice qui serait, selon des sources, révélatrice des tensions entre les négociants suisses de matières premières sur le marché américain des hydrocarbures en ébullition.

Le 2 août dernier, Glencore a déposé une plainte contre Trafigura devant la justice new-yorkaise, un document que nous nous sommes procuré. La multinationale zougoise estime que Trafigura doit lui rembourser 4 millions de dollars de taxes liées aux transactions de l’été dernier. Contactés, les deux groupes n’ont pas souhaité faire de commentaires.

«Le marché a changé»

Le contexte est particulier. En décembre 2015, Washington a levé une interdiction d’exporter du brut américain, alors que de nouvelles techniques permettent d’exploiter les réserves de pétrole de schiste. Les États-Unis, traditionnels importateurs de brut, en exportent, depuis peu, plus qu’ils n’en font venir. En juin, 3,3 millions de barils par jour (mbd) s’écoulaient à l’international contre 2,2 mbd douze mois plus tôt, selon l’American Petroleum Institute. Les importations sont passées de 2,9 mbd en juin 2018 à 1,3 mbd en juin 2019.

«La chaîne d’approvisionnement est inversée, le marché a changé», résume Kris Terauds, spécialiste des matières premières à la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement. «Les États-Unis sont les nouveaux leviers de croissance», selon un négociant.

Cette semaine, Trafigura Trading LLC (la filiale visée par la plainte de Glencore), a livré une première cargaison de pétrole par le biais d’un oléoduc flambant neuf reliant les réserves de l’ouest du Texas au port de Corpus Christi, sur le golfe du Mexique. Au large, le groupe construit un terminal pour accueillir les plus gros cargos, les VLCCs («Very Large Crude Carriers»), capables de transporter 2 millions de barils.

«Trafigura, Glencore, Vitol, Mercuria et Gunvor, toutes les grandes maisons suisses sont présentes dans la région», selon un connaisseur. Mercuria a acquis cet hiver des terrains à proximité de son terminal à Corpus Christi. Vitol, qui se targue d’être la première compagnie à exporter du brut américain depuis que cela est autorisé, a racheté des infrastructures américaines à Noble Group, un poids lourd en difficulté. Le plus grand bureau de Vitol est celui de Houston (300 employés).

Gunvor, un autre groupe genevois, a embauché des négociants réputés pour leurs performances aux États-Unis, où il renforce ses équipes, selon Bloomberg. L’entreprise de la rue du Rhône a récemment ouvert des bureaux à Houston, Stamford et à Calgary, selon Bloomberg, qui indique aussi que les maisons de négoce misent comme jamais sur le gaz naturel liquéfié, dont les États-Unis sont les principaux producteurs.

20% de la demande négociée en Suisse

Outre son département de négoce, Trafigura possède une cinquantaine de bateaux, des terminaux, entrepôts et réseaux de stations-service sur les cinq continents, ce qui doit lui permettre de proposer un service des plus efficaces.

Les tensions sur le marché américain? Les traders n’en parlent pas volontiers. «C’est comme en sport, indique l’un d’eux. On est en concurrence, elle peut être rude, mais cela ne nous empêche pas d’aller boire une bière après le match.» L’an dernier, «Le Temps» décrivait un climat similaire, entre Glencore et Trafigura, dans l’exploitation du cobalt en Afrique.

En 2016, les principaux négociants de Suisse (Vitol, Glencore, Trafigura, Gunvor et Mercuria) ont traité 20% de la demande globale en pétrole, selon un rapport de la Confédération. Avec près de 500 salariés à Genève (et une poignée à Lucerne) et 800 dans le canton de Zoug, Trafigura et Glencore sont les principaux employeurs du secteur en Suisse.

Créé: 17.08.2019, 22h20

Articles en relation

Rothschild sabre ses équipes de «traders»

Banques Edmond de Rothschild transfère la majeure partie de sa salle de marchés genevoise à Paris. Une vingtaine de postes sont touchés. Le groupe évoque une «stratégie de convergence» entre filiales. Plus...

Le pétrole de schiste creuse des dettes abyssales

Etats-Unis Le cours du baril chute. À la guerre commerciale s’ajoutent de gros doutes quant au modèle d’extraction américain. Plus...

La limitation de production de pétrole devrait perdurer

Economie À la suite de l'accord russo-saoudien, le prix du baril d'or noir est en hausse. L'OPEP devrait prolonger la réduction de production déjà en vigueur. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après les frappes iraniennes sur l'Arabie saoudite
Plus...