Passer au contenu principal

Dates de péremption: peut-on se fier à son bon sens?

Dès le mois de décembre, un label «Souvent bon après» s’ajoutera aux mentions actuelles. Mais comment déterminer ce qui est dangereux?

Quelque 10 % du gaspillage alimentaire en Suisse est dû au fait que l’on suit trop scrupuleusement les indications des fabricants.
Quelque 10 % du gaspillage alimentaire en Suisse est dû au fait que l’on suit trop scrupuleusement les indications des fabricants.
Extreme-Photographer/Getty

«Combien de fois suis-je arrivé au chalet sans avoir eu le temps de faire les courses en me disant que j’allais retrouver dans mon frigo un pain sous vide et un bout de fromage de chèvre… Pour au final découvrir que tout était passé à la poubelle!» râle Daniel, père de deux enfants qui ne jurent que par les dates de péremption pour décider ce qui se consomme encore ou non. «Heureusement que j’ai toujours un bout de viande séchée qui traîne à la cave!» s’amuse le septuagénaire.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.