«Le plus dangereux djihadiste suisse» a été capturé en Syrie

Même après la chute de l’État islamique, des terroristes étrangers tentent de se cacher en Syrie. Après trois mois de fuite, le djihadiste genevois Daniel D. vient d’être arrêté par les milices kurdes.

Daniel D., 24 ans, a grandi dans les barres d’immeubles du Lignon à Genève. Il a fréquenté la mosquée du Petit-Saconnex avant de partir pour la Syrie.

Daniel D., 24 ans, a grandi dans les barres d’immeubles du Lignon à Genève. Il a fréquenté la mosquée du Petit-Saconnex avant de partir pour la Syrie. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les autorités et les médias s’interrogent depuis longtemps sur le sort de Daniel D., dont on était sans nouvelles depuis plus d’un an. Le Genevois est l’un des djihadistes suisses les plus dangereux qui ait combattu pour l’organisation État islamique (EI). Mais le périple du Suisse de 24 ans a subitement pris fin.

«Le Matin Dimanche» l’a appris de plusieurs sources en Syrie et en Suisse. Selon ces dernières, les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les Kurdes, sont parvenues à arrêter le jeune homme le 18 juin. Daniel D. s’était caché près de la bourgade de Baghouz, avec d’autres personnes. Il se trouve actuellement dans une prison kurde dans le nord de la Syrie et a été formellement identifié par différents services de sécurité. Lors de son arrestation, il aurait été blessé.

Baghouz a été le dernier bastion de Daech sur sol syrien jusqu’à ce que les forces kurdes ne le fassent tomber fin mars, avec le soutien américain. Le fait que Daniel D. ait réussi à disparaître sans être reconnu après la défaite et à se cacher pendant trois mois est assez exceptionnel. Les hommes et les femmes qui sont restés à Baghouz jusqu’à la fin sont parmi les membres les plus radicaux de l’organisation terroriste.

Une épouse et un bébé

Au moment de la capture du Genevois, sa femme, épousée sur place, ainsi que leur garçonnet de 11 mois se seraient déjà trouvés dans l’immense camp d’internement de Al-Hol, contrôlé par les FDS. Les Kurdes n’ont pas non plus publié de photos de Daniel D. pour le moment.

Le jeune Genevois n’est pas n’importe quel djihadiste. Il est le seul Suisse sur une liste d’Interpol de 173 noms, tous membres d’une «brigade de martyrs» de l’EI, formés aux attentats terroristes à l’étranger. Daniel D. y figure avec son nom de guerre, Abdullah Funsu al-Swissri. Mais il est plus connu sous le nom d’Abu Ilias al-Swissri.

Aux côtés de l’argovien Thomas C., qui n’est probablement plus en vie, les experts du contre-terrorisme classent Daniel D. comme «le plus dangereux des djihadistes de Suisse». Au sein de l’EI, Daniel D. a travaillé dans un département responsable des opérations externes de l’organisation terroriste.

Projet d’attaque terroriste en Suisse?

Depuis la zone irako-syrienne, Daniel D. était notamment resté en contact avec Kevin Z., condamné jeudi à 20 ans de prison au Maroc pour ses liens avec le groupe terroriste responsable de l’assassinat et de la décapitation de deux étudiantes scandinaves de 24 et 28 ans.

Selon le journal «Le Temps» et l’émission de la télévision alémanique «10vor10», Kevin Z. aurait déclaré aux enquêteurs que Daniel D. lui avait demandé de lui envoyer son passeport suisse afin de pouvoir se rendre en Suisse pour y mener une «opération djihadiste».

Ce projet d’attaque terroriste n’a toutefois rien donné. Kevin Z. n’a pas prêté son passeport et a informé la police suisse. Mais on comprend mieux l’extrême soulagement des autorités suisses dès que Daniel D. a été capturé. On ne savait tout simplement pas si l’homme était mort ou si, au contraire, il était déjà sur le chemin du retour en Suisse.

Il sait brouiller les pistes

Daniel D. a grandi à Genève, dans les barres d’immeubles populaires du Lignon. Sa famille est catholique: père suisse, mère espagnole. En situation d’échec scolaire, il a commencé un apprentissage comme maçon chez Induni, une entreprise de construction – mais sans beaucoup d’enthousiasme.

Fin 2014, il abandonne sa formation et se consacre à l’islam, prie souvent à la mosquée du Petit-Saconnex. À l’époque, des imams français radicaux y prêchent, et bientôt un groupe de jeunes de plus en plus radicalisés se forme.

Daniel D. et le Tunisien d’origine Ramzy B., mais aussi Kevin Z. et Nicholas P. se trouvaient dans cette «bande de jeunes» bien avant que les deux derniers émigrent au Maroc. Les jeunes hommes ont également été radicalisés par le chauffeur de taxi genevois Sami C., d’origine tunisienne.

Il faisait partie d’un groupe de discussion sur le service de messagerie cryptée Telegram, auquel ont participé au moins six autres voyageurs suisses du djihad originaires de la région lémanique. Deux d’entre eux ont reçu des conseils de Daniel D. sur la meilleure façon de se rendre en Syrie, via la Turquie.

Heureusement, ces deux-là ont été arrêtés en Turquie avant d’atteindre la frontière syrienne. Sous son nom de guerre d’Abu Ilias al-Swissri, Daniel D. leur avait envoyé une prétendue photo de lui-même depuis la Syrie, mais en réalité elle montrait un autre djihadiste. Il a donc fallu un certain temps aux autorités suisses pour découvrir la véritable identité d’Abu Ilias. Ce petit épisode semble montrer que Daniel D. était suffisamment rusé pour brouiller les pistes.

Créé: 20.07.2019, 22h29

Articles en relation

Un djihadiste tué dans une opération de police

Tunisie Un «terroriste» recherché depuis deux jours a été tué mardi soir à Tunis lors d'une opération des forces de l'ordre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.