Une cocaïne de plus en plus pure inonde le marché suisse

Le taux de pureté de la poudre venue d’Amérique du Sud a doublé depuis 2011. Une conséquence des énormes quantités de cocaïne importées en Europe.

«Ce sont les mêmes consommateurs qui consomment de la meilleure qualité», analyse un policier.

«Ce sont les mêmes consommateurs qui consomment de la meilleure qualité», analyse un policier. Image: Keystone / Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le retournement de tendance est spectaculaire. Depuis 2011, le taux de pureté moyen de la cocaïne vendue sur le marché suisse est passé de 33% à 62%. Cela signifie que la drogue vendue dans notre pays est de moins en moins coupée, et de plus en plus proche de la poudre originelle sortie des laboratoires sud-américains.


À lire aussi:
Comment les narcotrafiquants inondent l’Europe de coke

Les marins corrompus, cauchemar du géant genevois MSC


Il faut remonter à 1996 pour trouver une pureté plus élevée. Ce taux atteignait 55% en 2001, avant de baisser à cause de l’éradication des champs de coca en Colombie. En 2018, le rapport Marstup, qui analysait le marché de la drogue vaudois, se basait encore sur un taux de pureté moyen de 44,5%. On est bien au-delà désormais, avec des pics de pureté qui peuvent atteindre «79 à 90% selon la provenance et la filière», indique un policier romand qui travaille sur ces questions.

Cliquez pour agrandir

En Suisse, les dernières mesures du taux de pureté datent d’avril 2019. Les chiffres sont compilés par la Société suisse de médecine légale, qui se base sur la drogue séquestrée lors de saisies policières. «C’est représentatif du marché même si cela ne donne pas une vision exhaustive», indique Marc Augsburger, chef de l’unité de toxicologie et de chimie forensiques au Centre universitaire romand de médecine légale.

Les prix restent stables
L’augmentation de la pureté s’explique par le doublement de la production de cocaïne en Colombie, Pérou et Bolivie depuis huit ans. Les nouvelles techniques des trafiquants, qui font passer des tonnes de cocaïne à travers les ports européens dans des conteneurs de marchandises (lire notre enquête parue samedi), y contribuent aussi. Résultat: les groupes criminels ont plus de drogue à écouler alors que le nombre de consommateurs, en Suisse du moins, semble relativement stable.

«Ce sont les mêmes consommateurs qu’avant qui consomment de la meilleure qualité, il n’y a pas eu d’explosion de la consommation», analyse un policier suisse, qui ne souhaite pas que son nom soit publié. Le rapport Marstup estime la proportion de Suisses qui prennent de la cocaïne entre 0,5% et 2,5% selon le type de population étudiée (rurale ou urbaine) et la méthode d’analyse (sondage ou eaux usées). Selon un policier romand et un dealer alémanique que nous avons interrogés, le profil du consommateur semble s’être élargi: de bons pères de familles ou des ménagères sniffent aussi, pour s’amuser ou «pour tenir le coup», selon l’expression du policier.

Malgré les énormes quantités présentes sur le marché, les prix de la cocaïne ne se sont pas effondrés. «Le prix n’a pas changé en 15 ans, c’est toujours 85 à 100 francs le gramme», explique le policier romand précité. Le même phénomène s’observe au niveau européen. À Hambourg, le gramme reste stable autour de 60 à 80 euros, selon la police locale. Mais le taux de pureté a bondi de 40 à 70%.

«Ils prennent des parts de marché»
Plus on est proche du point d’entrée de la cocaïne en Europe, plus le taux de pureté est élevé. À Anvers, l’un des principaux ports utilisés par les trafiquants, il frise les 90%. La drogue est ensuite répartie entre des revendeurs qui la coupent au passage, utilisant parfois aussi des produits toxiques comme le lévamisole, un vermifuge destiné au bétail.

Mais depuis quelque temps, de nouveaux venus troublent les règles du jeu. Les groupes criminels albanais font concurrence aux trafiquants établis avec une cocaïne très pure, sourcée directement auprès des grossistes néerlandais.

«Le milieu albanais vend de plus en plus de coke, confirme le policier romand cité plus haut. Le prix de l’héroïne s’est cassé la figure, donc ils se mettent sur la coke, avec de la marchandise de meilleure qualité, au même prix. Ils prennent des parts de marché comme ça. Les [dealers] africains et sud-Américains doivent s’aligner.»

Selon la police italienne, les Albanais sont devenus dominants dans la phase de débarquement de la cocaïne des ports belges et néerlandais. Leurs réseaux possèdent une «capillarité» sans égale en Europe, avec de nombreux hommes et véhicules disponibles pour transporter la drogue jusqu'aux marchés nationaux.

Effets néfastes
Quels sont les effets de cette cocaïne de meilleure qualité sur la santé des consommateurs? Ils absorbent moins de produits de coupe, ce qui est positif du point de vue pharmacologique, estime Hugo Kupferschmidt de Tox Info Suisse. Certains se sont aussi adaptés à cette drogue plus pure en réduisant leurs doses. «On ne voit pas plus d’intoxications à la cocaïne en ce moment, constate le médecin Daniele Zullino, spécialiste des addictions aux Hôpitaux universitaires de Genève. Car le consommateur dose en fonction de l’effet, et va diminuer la dose si le produit est plus puissant, en prenant 2 lignes au lieu de 3 par exemple.»

Cela dit, la prise régulière ou excessive de cocaïne peut avoir des effets néfastes: risque d’infarctus, d’hémorragie ou d’AVC, même si ces problèmes ne touchent qu’une minorité de consommateurs.

Frank Zobel, spécialiste des drogues illégales chez Addiction Suisse, voit encore d’autres dangers. Les crises de paranoïa, les malaises et les «descentes» peuvent être plus spectaculaires avec un produit plus fort. Surtout, «le nombre de gens qui se présentent aux urgences pour des problèmes liés à la cocaïne a augmenté ces dernières années, explique Frank Zobel. C’est ce qu’ont mesuré les 26 hôpitaux européens qui font partie du réseau sentinelle en Europe. Au Royaume-Uni, les décès associés à la cocaïne ont doublé.»

Mais il n’existe pas de statistique fiable concernant le nombre de morts associés à la cocaïne en Suisse (trois seulement ont été recensés en 2016, dernier chiffre disponible). Le produit est souvent consommé avec d’autres, et le lier directement au décès de certains consommateurs reste très difficile.

Cette enquête a été réalisée en partenariat avec la plateforme journalistique European Investigative Collaborations (EIC).

Créé: 10.11.2019, 07h50

Une collaboration européenne

Cette enquête a été réalisée grâce au travail commun des médias partenaires de la plateforme European investigative collaborations (EIC). Fondée en 2015 à l'initiaitve du magazine Der Spiegel (Allemagne), elle regroupe 15 médias de 12 pays, dont en Suisse Tamedia et la RTS.

Articles en relation

La cocaïne, un crime qui paie, hélas

L’éditorial Plus...

Les marins corrompus, cauchemar du géant genevois MSC

Cocaïne Le numéro deux mondial du secteur a vu plusieurs de ses navires utilisés pour convoyer de la cocaïne. De sombres complots se sont noués à bord. Plus...

Comment les narcotrafiquants inondent l’Europe de coke

Drogue Les saisies record de cocaïne se multiplient en Suisse, en Europe et aux Etats-Unis. Mais ce n’est qu’une fraction de la poudre qui arrive sur le marché. Enquête sur les nouvelles filières du narcotrafic. Plus...

Comment les narcotrafiquants inondent l’Europe de coke

Drogue Les saisies record de cocaïne se multiplient en Suisse, en Europe et aux Etats-Unis. Mais ce n’est qu’une fraction de la poudre qui arrive sur le marché. Enquête sur les nouvelles filières du narcotrafic. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...