Pour 28 francs, vous pouvez manipuler le mental de vos proches

Une agence de communication vend des campagnes visant des cibles choisies par les clients. Pour encourager son épouse à prendre des initiatives sexuelles, à cesser de fumer ou à manger de la viande.

Le site propose des campagnes visant des cibles choisies, avec des objectifs bien particuliers, comme inciter à cesser de fumer ou encore à adopter un chien.

Le site propose des campagnes visant des cibles choisies, avec des objectifs bien particuliers, comme inciter à cesser de fumer ou encore à adopter un chien.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Cambridge Analytica, souvenez-vous! Cette société new-yorkaise avait perpétré une opération de pillage de données personnelles de 30 à 50 millions d’utilisateurs de Facebook. Le stratagème visait à favoriser le succès de Donald Trump, lors de l’élection présidentielle américaine du 8 novembre 2016. Ce grand cyberscandale, découvert au début de l’année, a finalement coûté très cher au créateur de ce réseau social, Mark Zuckerberg. Tout au moins en crédibilité. L’incident a néanmoins inspiré des entrepreneurs. Depuis le printemps dernier, Elliot Shefler et Avi Atias proposent «des campagnes pour influencer des personnes précises, au niveau du subconscient». À cette fin, les deux hommes exploitent le site Internet Thespinner.net. Leurs prestations relèvent, comme dans le cas de Cambridge Analytica, de l’art de la manipulation. Le processus s’avère cependant complètement différent.

Le site Thespinner.net propose des plans de «bombardement», à coups d’informations de natures diverses (voir infographie). Le client choisit sa cible. Après le paiement d’«une campagne», l’acheteur reçoit trois liens à des articles recommandés par les spécialistes du site. Tout en gardant la liberté d’ajouter lui-même, dans le même e-mail, un choix lui paraissant plus pertinent. Cette étape s’avère décisive. Le début du «bombardement» dépend en effet du succès de l’appât. Lorsque la cible succombe au charme du lien qu’elle reçoit, puis clique dessus, un cookie s’implante automatiquement dans son appareil. Ce témoin de connexion permet au premier expéditeur (en l’occurrence Thespinner.net) d’identifier l’adresse de la cible et d’accumuler des masses de données personnelles à son sujet.

Le matraquage peut alors commencer. Avec des objectifs divers: encourager son conjoint à arrêter de fumer, sa sœur à cesser de manger de la viande ou son neveu à se brosser les dents plus régulièrement. Elliot Shefler précise néanmoins que la majeure partie de la demande se concentre sur la campagne «Initiate sex». Celle-ci est destinée à des hommes mariés, espérant pousser leur femme à prendre davantage d’initiatives sexuelles.

Prix attrayants

Ces dispositifs de communication et leurs tarifs s’organisent en fonction d’un modèle d’abonnement. Chacun ne coûte qu’un peu plus de 28 francs (29 dollars). À ce prix-là, le client peut faire envoyer dix messages d’encouragement, expédiés à 180 reprises en tout et sur trois mois. La sélection des articles, vidéos ou autres vecteurs de communication s’effectue sous le contrôle d’Avi Atias. Ce chef des contenus assumerait ses responsabilités avec le concours d’une équipe de psychologues formés aux États-Unis.

La société à l’origine de cette offre se montre très peu transparente. Elliot Shefler indique juste que Thespinner.net appartient à une importante agence de publicité, sans en mentionner la raison sociale. Il se présente néanmoins comme son vice-président et responsable de la communication pour le site Internet. «Le propriétaire de Thespinner.net vend des espaces publicitaires, placés sur des plates-formes du Web. Ses services visent à proposer la meilleure complémentarité entre les pubs de ses clients, les sites qui les accueillent et leurs utilisateurs.» Elliot Shefler précise que son entreprise a parfois compté des acteurs politiques dans sa clientèle. Elle se serait toutefois concentrée sur les marques de grandes sociétés après l’affaire «Cambridge Analytica». Le personnel actif sur le site serait principalement localisé en Grande-Bretagne, mais aussi à San Francisco et à Berlin. Elliot Shefler ne cède à aucun triomphalisme quant au probable succès des campagnes qu’il vend. Que ce soit aux États-Unis, en Europe ou en Suisse.

Ajustements dans l’offre

«Je ne peux pas donner de chiffre. Nous sommes dans une phase de due diligence», nous a confié le vice-président de la société. Une phase de due diligence? Un ou des investisseurs procéderaient-ils déjà à des contrôles de la stratégie, de la situation comptable et fiscale de l’agence exploitant Thespinner.net afin de l’acquérir? Difficile de le savoir. Elliot Shefler nous apporte cependant une précision cruciale: «Nous élaborons des changements dans notre offre. Nous passerons de manipulations conduisant des personnes à faire quelque chose à des campagnes amenant les cibles à tolérer des comportements de celles et ceux qu’elles aiment. Par exemple un mari ordonnant à son épouse d’accepter ses habitudes en matière de jeux vidéo.»

À titre d’idée sur la dimension de l’audience du site, rappelons le chiffre évoqué par le quotidien britannique «The Financial Times» au début du mois d’août: plus de 5000 personnes auraient acheté des campagnes depuis leur lancement, au printemps. Le score peut paraître encore modeste. Il a toutefois suffi pour provoquer des réactions indignées. Par exemple celles dénonçant le haut degré de sexisme de l’offre du site. Celui-ci propose aux hommes d’encourager les prises d’initiatives sexuelles de leurs conjointes, mais pas l’inverse. La colère peut se révéler d’autant plus vive qu’Elliot Shefler ne s’estime absolument pas responsable des cas où des utilisateurs n’informent pas leur épouse sur ce qu’ils ont entrepris. À ses yeux, c’est l’affaire des clients eux-mêmes. (TDG)

Créé: 08.09.2018, 23h00

Les experts n'y croient pas trop

Anita Wildermuth, thérapeute sexuelle, à Raperswill

«Il y a certainement des domaines dans lesquels on peut agir et obtenir quelque chose au niveau du subconscient. Mais guère en matière d’amour et de bonheur sexuel. Le désir sexuel nécessite que la joie et l’attrait soient réellement ressentis. C’est seulement à cette condition, avec en plus un appréciable degré de complicité, qu’un couple se réjouit d’avoir des relations sexuelles. De croire qu’après avoir subi l’œuvre d’influenceurs sur leur subconscient des personnes voudront plus de sexe constitue une supercherie. Celle-ci ne peut fonctionner que dans la tête de ceux qui veulent la vendre.»

Nicolas Capt, Avocat et spécialiste en criminalité et sécurité dans les nouvelles technologies, à Genève

«Toute forme de manipulation suscite une légitime inquiétude. Que son but soit louable ou pas. La manipulation incluant, en tant que commanditaires ou cibles, des mineurs est évidemment encore plus préoccupante. La compatibilité du dispositif avec les règles suisses (LPD) et européennes (RGPD) est en outre susceptible de poser question puisque la personne «cible» n’aura pas conscience du dépôt de cookie de navigation sur sa machine (ndlr: ordinateur ou smartphone). Le fait d’en attribuer, dans les conditions générales, la seule responsabilité au commanditaire me paraît tout à fait illusoire.»

Stéphane Koch, Spécialiste en stratégie numérique, à Genève

«L’offre présentée sur le site Thespiner. net? Je pense que c’est de la foutaise. La référence au subconscient est en outre fallacieuse. C’est un argument purement publicitaire pour aller à la pêche aux crédules. Dans les faits, il s’agit de l’utilisation d’un outil de marketing. C’est une forme de ciblage publicitaire dynamique, appelée Dynamic Retargeting ou Dynamic Remarketing. Une étude récente menée par le Pew Research Center, aux États-Unis, remet de plus en cause l’influence supposée que pourraient avoir des informations ciblées en fonction des profils d’internautes.»

Interdits

Les responsables du site Thespinner.net rappellent quelques interdits: «Les citoyens de l’Union européenne et du Royaume-Uni ne sont pas autorisés à utiliser nos services.»

Cependant, le VPN, réseau privé virtuel, est souvent utilisé par les clients pour surmonter cet obstacle.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Barrière de röstis pour les initiatives alimentaires
Plus...