Passer au contenu principal

Drame de BexLégitime défense reconnue, policier acquitté

Les juges du Tribunal criminel de l’Est vaudois libèrent le Sergent de la police du Chablais de toute accusation. Ils estiment que l’usage de son arme de service était justifié.

Le policier de l’Entente des polices du Chablais (EPOC) a été innocenté. Son geste a été assimilé à de la légitime défense.
Le policier de l’Entente des polices du Chablais (EPOC) a été innocenté. Son geste a été assimilé à de la légitime défense.
Gilles-Emmanuel Fiaux

Le sergent chablaisien qui avait abattu Hervé Mandundu à Bex en novembre 2016 lors d’une intervention a été acquitté. Les juges du Tribunal criminel de l’Est vaudois ont rendu leur verdict mercredi à Renens.

La Cour s’est ralliée à l’analyse du procureur Eric Mermoud. À l’issue de quatre années d’instruction, le magistrat est arrivé à la conclusion que ce quinquagénaire avait agi en état de légitime défense. Cette circonstance particulière permet l’acquittement du chef d’accusation de meurtre, dont il était prévenu.

Escalade de violence

Pour forger leur conviction, les juges ont pris en compte la somme des événements qui a acculé celui qui était alors caporal au geste fatal. De banale intervention pour un conflit de voisinage, l’opération avait connu une escalade de violence après qu’une déflagration avait été entendue dans l’appartement d’Hervé Mandundu et que le Congolais de 27 ans sorte de son appartement armé d’un couteau à pain.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.