Passer au contenu principal

Mobilité du déconfinementL’économie se dit victime des pistes cyclables genevoises

Le lobby droitier en matière de déplacement réclame la restitution de l’espace pris au trafic motorisé sur les grands axes.

Genève, 26 mai 2020. Boulevard Georges-Favon. Cette piste aménagée à titre provisoire est la plus contestée par le Groupement transports et économie (GTE) en raison de l’engorgement routier.
Genève, 26 mai 2020. Boulevard Georges-Favon. Cette piste aménagée à titre provisoire est la plus contestée par le Groupement transports et économie (GTE) en raison de l’engorgement routier.
Laurent Guiraud/Tamedia

Et si le provisoire devenait définitif? C’est la crainte des milieux économiques face aux mesures temporaires de mobilité prises dès la mi-mai en ville de Genève pour accompagner le déconfinement. L’irruption d’espaces cyclables et piétons au détriment du trafic motorisé irrite le Groupement transports et économie (GTE), lobby des entreprises en matière de mobilité. Son credo affiché mardi face à la presse: l’État doit démanteler certains aménagements et discuter.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.