Passer au contenu principal

ÉducationL’école du Petit-Lancy déborde

Vingt élèves de 7P seront déplacés à l’école de Tivoli à la rentrée. Leurs parents sont furieux.

Salima Moyard précise que cette situation exceptionnelle ne devrait durer qu’une année.
Salima Moyard précise que cette situation exceptionnelle ne devrait durer qu’une année.
Archives, Keystone

Trois lettres et une pétition. Les parents des deux classes de 7P – avant-dernière année de primaire – de l’École du Petit-Lancy ne ménagent pas leurs efforts pour tenter de faire plier la commune et le Département de l’instruction publique (DIP). À la mi-juin, le directeur de l’établissement a annoncé aux élèves de ce degré que la moitié d’entre eux – vingt exactement – seraient déplacés à l’école de Tivoli dès la rentrée, faute de place suffisante au Petit-Lancy. Les familles sont furieuses.

«L’année 2019-2020 a déjà été passablement vive en émotions en rapport avec la situation sanitaire Covid-19. À peine les enfants ont-ils repris l’école et retrouvé une certaine stabilité scolaire qu’ils sont mis devant le fait accompli de cette terrible décision à une semaine des vacances, alors que cette situation est connue depuis des mois», fustigent les parents dans la pétition. Ces derniers ne manquent pas d’arguments pour contrer la décision des autorités. Outre la forme jugée «brutale», ils relèvent la distance importante qui sépare l’école de Tivoli de leurs habitations, un itinéraire «dangereux» et la perte de repères pour les élèves qui seront séparés de leurs camarades de classe.

Les familles ont proposé plusieurs solutions pour remédier à cette situation. Notamment l’option de transformer la salle de rythmique ou la bibliothèque en salle de classe. Le DIP et la commune ont refusé, jugeant ces réaffectations impossibles.

«La solution trouvée n’est pas parfaite, mais elle est acceptable, estime Salima Moyard, conseillère administrative chargée du dossier, qui a rencontré les parents. Les deux écoles sont distantes de 900 mètres, les élèves concernés ont 12 ans et retrouveront la moitié de leurs copains de classe à Tivoli.» La magistrate souligne que le directeur de l’établissement a veillé à ne pas séparer les fratries entre plusieurs lieux scolaires.

Les autorités auraient-elles pu mieux anticiper cette situation? Pourquoi un pavillon provisoire n’a-t-il pas été aménagé alors que l’école du Petit-Lancy souffrait déjà d’effectifs trop importants en 2018? «De manière générale, le DIP étudie les différentes options possibles avec les communes concernées, répond Pierre-Antoine Preti, porte-parole. Lorsque les locaux le rendent nécessaire, le déplacement d’élèves a lieu.» Salima Moyard précise que cette situation exceptionnelle ne devrait durer qu’une année et que l’installation d’un pavillon provisoire pour une si courte durée n’est pas préconisée. «L’école du Plateau doit ouvrir en 2021. Elle offrira 9 puis 17 classes supplémentaires», rassure-t-elle.