Passer au contenu principal

Instruction publiqueL’École de culture générale cherche encore sa place

Selon un rapport, près d’un tiers des élèves interrogés répondent avoir choisi ce cursus par défaut. Décryptage.

À la fin du secondaire I à Genève, 14% des élèves entrent dans le cursus ECG, 44% en formation gymnasiale, et 4% en formation professionnelle duale.
À la fin du secondaire I à Genève, 14% des élèves entrent dans le cursus ECG, 44% en formation gymnasiale, et 4% en formation professionnelle duale.
Steeve Iuncker Gomez

L’École de culture générale (ECG) remplit les attentes fondées sur elle, estime un rapport du Service de la recherche en éducation publié en juin. Dans un état des lieux de cette formation à plein temps de niveau secondaire II, ses auteurs soulignent ses singularités: «Un public hétérogène (scolairement et socialement) dont le choix d’orientation a parfois été réalisé par défaut (ndlr: 30% des jeunes interrogés), notamment au détriment d’une formation professionnelle duale, faute de l’obtention d’une place d’apprentissage ou d’informations suffisantes à l’issue du cycle d’orientation.» Rappelons que l’ECG forme notamment les futurs professionnels de la santé, du social et de l’enseignement primaire.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.