Passer au contenu principal

Analyse de la végétation aquatiqueL’eau du Léman gagne en qualité, ses plantes le disent

Une étude récente sur l’évolution des herbiers de macrophytes renseigne aussi sur l’état du lac. Les résultats sont positifs.

Bien qu’ils n’enchantent pas toujours les baigneurs et les propriétaires de bateaux, les herbiers de macrophytes sont primordiaux pour la biodiversité.
Bien qu’ils n’enchantent pas toujours les baigneurs et les propriétaires de bateaux, les herbiers de macrophytes sont primordiaux pour la biodiversité.
MARC BERNARD

Ils sont méconnus et mal aimés, les macrophytes, ces végétaux aquatiques qui, à la saison chaude, sétendent en de vastes herbiers proches des rives et qui font cauchemarder nageurs et plaisanciers. Pourtant, ils revêtent une importance capitale. «Ces plantes offrent un habitat temporaire pour la faune aquatique, du plus petit animal jusquau poisson [], sont un lieu de chasse pour certaines espèces et source de nourriture pour dautres, sont utilisées comme lieu de ponte par la perche, la tanche ou encore le brochet [] et contribuent à une meilleure oxygénation de leau par leur photosynthèse», liste la Commission internationale pour la protection des eaux du Léman (CIPEL).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.