Passer au contenu principal

Encre bleueLe temps de décrocher

LMS

J’ai déserté cet espace deux semaines durant et ce temps de décrochage a suffi pour qu’un air de printemps se manifeste. Quel délice!

Les perce-neige, primevères, pâquerettes et autres petites fleurs fraîches pimentent désormais de couleurs les espaces verts. Et ça fait un bien fou de les voir ainsi sortir de terre, fidèles au rendez-vous. Intrépides…

On se dit alors que malgré tout ce qui nous tombe à répétition sur la tête, rien n’est définitivement fichu. Que la nature est belle. Que l’on va forcément vers le mieux: un jour, c’est sûr, il fera à nouveau bon, les arbres reverdiront et les êtres se retrouveront tous ensemble sans la boule au ventre ou le masque sur le museau.
En attendant ces jours heureux, nous étions invités pas plus tard qu’hier à prendre le temps de décrocher. Non pas du boulot mais du téléphone! Vaste programme, pour autant que l’on soit au courant de la chose.
Ironie du sort, c’est justement en pianotant sur mon smartphone que je suis tombée sur cette annonce m’invitant à lever enfin le nez, les yeux et la tête tout entière de mon écran. Histoire de réaliser à quel point nous autres bipèdes devenons dépendants de cet outil, au point d’en oublier parfois ce qui se passe alentour.
Or donc, cette journée mondiale sans téléphone, fixée à l’origine au 6 février, jour de la Saint-Gaston (en clin d’œil au héros de la chanson de Nino Ferrer «Le Téléfon»), s’étire aujourd’hui sur trois jours, les 6, 7 et 8 février. Le site mobilou.net, retraçant le pourquoi du comment de cette initiative, propose entre autres des activités pour pousser les ados à trouver des repères ailleurs que dans leur smartphone.

Ça peut intéresser des familles. Ou titiller celles et ceux qui ne sont plus ados depuis des plombes. Les primevères et autres beautés printanières seront alors au cœur de leur attention…