Passer au contenu principal

Soignants contaminésLe sous-effectif pousse les EMS romands au bord du gouffre

Le personnel tombe malade. Ce qui fragilise les maisons de retraite. Pour remplacer les absents, les Cantons appellent à la mobilisation générale. Mais le manque d’infirmières valides est le problème de cette deuxième vague.

Selon les données recueillies, les cantons latins affichaient la semaine dernière plus ou moins 10% de congés forcés au sein du personnel des EMS.
Selon les données recueillies, les cantons latins affichaient la semaine dernière plus ou moins 10% de congés forcés au sein du personnel des EMS.
Julie Masson

«Nous avons accueilli un cas positif cet automne. Depuis, c’est le chaos», nous raconte un membre du personnel d’une maison de retraite du Nord vaudois. La semaine dernière, tous les résidents étaient infectés ou soupçonnés de l’être. Les collaborateurs n’étaient pas épargnés. Un tiers d’entre eux, malades, étaient en quarantaine.

Le personnel infirmier valide a ainsi dû assumer toutes les tâches: de l’administration des médicaments au changement des draps de lit. Les professionnels de cette maison disent être de piquet, nuit et jour, depuis une semaine. Ce qui n’est pas du tout réglementaire.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.