Passer au contenu principal

Le Suisse multiplie les podiumsLe ski suisse a eu besoin de temps et de calme pour se reforger un avenir

Avec 22 podiums depuis le début de la saison, le ski helvétique vit un nouvel âge d’or. Mais pour en arriver là, il a dû toucher le fond et vaincre ses démons. Sa reconstruction a duré plus d’une décennie.

L’avènement de Marco Odermatt symbolise le renouveau du ski suisse. Des champions forgés depuis leur jeunesse pour la recherche du succès. Depuis le début de la saison, une douzaine de skieuses et skieurs helvétiques sont montés sur au moins un podium.
L’avènement de Marco Odermatt symbolise le renouveau du ski suisse. Des champions forgés depuis leur jeunesse pour la recherche du succès. Depuis le début de la saison, une douzaine de skieuses et skieurs helvétiques sont montés sur au moins un podium.
Sven Thomann/freshfocus

Le baromètre ne ment pas. En Suisse, quand les courses de ski modifient les horaires des repas, c’est qu’il y a un truc. De l’exceptionnel, de la fierté, de la passion. La preuve avec les compétitions d’Adelboden. Vendredi, Marco Odermatt est monté sur le podium du mythique géant (3e), ce qui n’était plus arrivé depuis la victoire de Marc Berthod en 2008. Et rebelote samedi avec le même rang obtenu par un Loïc Meillard superbe de technique et de volonté.

Le meilleur est que ces performances ne sont pas des exploits isolés. Elles sont la continuité d’une excellence qui, cette saison, tord le cou à tous les sorts temporels. Cela faisait, par exemple, dix-neuf ans qu’aucune skieuse helvétique n’avait plus remporté de slalom spécial en Coupe du monde. Une malédiction que Michelle Gisin a rompue juste après Noël à Semmering. Idem pour Marco Odermatt, qui a récolté les lauriers de la victoire à Santa Caterina après une décennie de disette dans la discipline.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.