Passer au contenu principal

Orchestre démultipliéLe «Sacre du printemps» stroboscopique de Neuchâtel

L’Ensemble Symphonique de Neuchâtel publie une vidéo littéralement éblouissante d’un extrait du ballet de Stravinsky.

L’Ensemble Symphonique de Neuchâtel en mosaïque éclatée.
L’Ensemble Symphonique de Neuchâtel en mosaïque éclatée.
Supermafia

Ne pouvant se réunir à plus de 5 personnes en automne 2020, une trentaine d’instrumentistes de l’Ensemble Symphonique de Neuchâtel ont enregistré tour à tour le mouvement final «La danse sacrale» du «Sacre du printemps» d’Igor Stravinski, se démultipliant afin de pouvoir jouer l’œuvre avec l’effectif initial, sous la direction de Victorien Vanoosten, le directeur artistique et musical depuis 2019.

Scénographie lumineuse et dynamique

Durant 5 jours, les musiciens se sont rendus à tour de rôle dans les locaux de la Case à Chocs à Neuchâtel pour s’enregistrer 1, 2, 3, voire 5 fois de suite, sous les instructions (et la direction) de Victorien Vanoosten et de l’ingénieur du son, accompagnés d’une scénographie interactive signée par le collectif visuel Supermafia. Conçu spécialement pour l’occasion, ce dispositif scénique sous forme d’écran réagit en fonction des instrumentistes, créant alors une dynamique lumineuse différente pour chaque son joué. Le clip qui en résulte est une véritable radiographie stroboscopique de la musique de Stravinski. Un choc visuel et auditif qui s’imprime durablement dans les tympans et les rétines. L’effet est spectaculaire, mais heureusement que ça ne dure que 5 minutes!

Publié le premier jour du printemps, la vidéo fait son effet et a déjà attiré plus de 75’000 visiteurs en une semaine. L’ESN et le collectif Supermafia souhaitent pouvoir diffuser le projet sous la forme d’une installation artistique «en présentiel» dès que la situation le permettra.

1 commentaire
    Combier

    Juste génial!!! Merci et bravo aux acteurs de cette réalisation!