Passer au contenu principal

Formule 1Le rêve rouge brisé de Sebastian Vettel

Après avoir remporté quatre titres mondiaux avec Red Bull, l’Allemand a voulu imiter son idole, Michael Schumacher, et faire triompher Ferrari. L’échec le pousse à tout abandonner.

Vettel sortira bientôt du dernier virage de sa carrière.
Vettel sortira bientôt du dernier virage de sa carrière.
KEYSTONE

Fernando Alonso et Alain Prost s’étaient déjà cassé les dents sur le même défi: faire triompher Ferrari. Lui comptait y arriver, car depuis son enfance, Sebastian Vettel n’avait qu’une idée en tête: suivre les traces de son idole, Michael Schumacher, celui qu’il regardait à la télévision empiler les titres mondiaux avec la Scuderia. Après avoir décroché ses quatre titres mondiaux consécutifs avec Red Bull, Sebastian Vettel avait logiquement choisi de rejoindre Ferrari, fin 2014. Son rêve n’est pourtant jamais devenu réalité. Vice-champion du monde derrière Lewis Hamilton en 2017 et 2018, l’Allemand a perdu pied, l’an dernier, face à un tout jeune équipier, Charles Leclerc, plus rapide et plus fiable. Cinquième seulement du championnat 2019, Sebastian Vettel a commencé à afficher une grande lassitude. Il n’y croyait plus, il disait attendre les nouveaux règlements 2021, ceux qui devaient redonner du poids aux pilotes. La belle histoire semblait s’achever.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.