Passer au contenu principal

ONU - Genève«Le retour des États-Unis, c’est bien. Mais ça changera peu»

Le chef de la diplomatie américaine Anthony Blinken a annoncé ce mercredi que les États-Unis voulaient réintégrer le Conseil des droits de l’homme. Un signe positif, estime Marcelo Kohen, professeur à l’IHEID.

Le secrétaire d’État américain Anthony Blinken s’est exprimé ce mercredi lors d’une intervention par visioconférence devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève.
Le secrétaire d’État américain Anthony Blinken s’est exprimé ce mercredi lors d’une intervention par visioconférence devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève.
AFP

Fini la politique de la chaise vide. «J’ai le plaisir de vous annoncer que les États-Unis vont briguer un siège au Conseil des droits de l’homme pour le mandat 2022-2024. Nous demandons humblement le soutien de tous les pays membres de l’ONU dans notre souhait de siéger à nouveau dans cette institution», a déclaré le secrétaire d’État de l’administration Biden Antony Blinken ce mercredi, lors d’une intervention par visioconférence devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU (CDH) à Genève.

Donald Trump avait claqué la porte de cette instance en 2018, dénonçant un acharnement à l’encontre d’Israël et une certaine hypocrisie.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.