Passer au contenu principal

Mont-BlancLe réchauffement est bien la cause de la déstabilisation du glacier

Sous la menace de centaines de milliers de mètres cube de glace qui pourraient dévaler la pente, les habitants du Val-Ferret ont été évacués. Un expert décrypte les raisons de ce danger.

Le glacier de Planpincieux Glacier, sous le massif du Mont Blanc, ici photographié le 7 août 2020.
Le glacier de Planpincieux Glacier, sous le massif du Mont Blanc, ici photographié le 7 août 2020.
KEYSTONE
This image taken from a video shows an aerial view of part of the Planpincieux Glacier, which lies under a massif of Mont Blanc, located in the Alps, Friday, Aug. 7, 2020. Experts are closely monitoring a glacier they fear could break apart and crash into an Italian Alpine valley. On Thursday, 75 residents and tourists in the Ferret valley were evacuated from their homes and two lodgings in the shadow of the glacier. The glacier's size has been likened to that of a soccer field under a 80-meter (265 foot) high mass of ice. Sharp shifts in temperature are blamed for the risk. (AP Photo/Local Team)
This image taken from a video shows an aerial view of part of the Planpincieux Glacier, which lies under a massif of Mont Blanc, located in the Alps, Friday, Aug. 7, 2020. Experts are closely monitoring a glacier they fear could break apart and crash into an Italian Alpine valley. On Thursday, 75 residents and tourists in the Ferret valley were evacuated from their homes and two lodgings in the shadow of the glacier. The glacier's size has been likened to that of a soccer field under a 80-meter (265 foot) high mass of ice. Sharp shifts in temperature are blamed for the risk. (AP Photo/Local Team)
KEYSTONE
The Planpincieux glacier, located in the Alps on the Grande Jorasses peak of the Mont Blanc massif, is seen from the road leading to the Val Ferret, a popular hiking area on the south side of the Mont Blanc, near Courmayeur, northern Italy, Friday, Aug. 7, 2020. Experts are closely monitoring a glacier they fear could break apart and crash into an Italian Alpine valley. On Thursday, 75 residents and tourists in the Ferret valley were evacuated from their homes and two lodgings in the shadow of the glacier. The glacier's size has been likened to that of a soccer field under a 80-meter (265 foot) high mass of ice. Sharp shifts in temperature are blamed for the risk. (Claudio Furlan/LaPresse via AP)
The Planpincieux glacier, located in the Alps on the Grande Jorasses peak of the Mont Blanc massif, is seen from the road leading to the Val Ferret, a popular hiking area on the south side of the Mont Blanc, near Courmayeur, northern Italy, Friday, Aug. 7, 2020. Experts are closely monitoring a glacier they fear could break apart and crash into an Italian Alpine valley. On Thursday, 75 residents and tourists in the Ferret valley were evacuated from their homes and two lodgings in the shadow of the glacier. The glacier's size has been likened to that of a soccer field under a 80-meter (265 foot) high mass of ice. Sharp shifts in temperature are blamed for the risk. (Claudio Furlan/LaPresse via AP)
KEYSTONE
1 / 7

Sur le versant italien du massif du Mont Blanc, le glacier de Planpincieux, dont un gros bloc menace de s'effondrer, ne fait pas exception à l'évolution générale des glaciers des Alpes, analyse Ludovic Ravanel, spécialiste des milieux de haute montagne et géomorphologue.

Il est d'abord victime du réchauffement climatique à travers son retrait. Puis d'une déstabilisation due aux fortes chaleurs de l'été, avec un risque réel de déstabilisation qui nécessitait de facto une évacuation des quelques habitants exposés.

Qu'arrive-t-il au glacier de Planpincieux?

On est dans le cas ici d'un petit glacier de seulement 2 km de long sur le versant sud des Grandes Jorasses (4.208 m). Ce n'est pas un « grand « glacier alpin. Mais comme tous les glaciers alpins en revanche, il se retire très fortement depuis trois décennies, du fait du réchauffement climatique. Et souvent, le front de ces glaciers se retrouve sur des pentes très raides et lissées par l'érosion glaciaire.

Il s'agit aussi d'un glacier dit +tempéré+, à 0°C, qui glisse sur la roche, contrairement aux glaciers dits froids, à températures négatives, qui sont collés à la roche. En contexte caniculaire, la fonte de glace est très importante, ce qui produit de l'eau liquide qui circule jusque sous le glacier, où elle exerce non seulement des pressions qui ont tendance à soulever très légèrement le glacier, mais également de l'eau qui favorise le glissement de la glace sur la roche. Tout cela fait que les équilibres sont rompus et que le front (du glacier) est susceptible de se déstabiliser.

Fallait-il nécessairement évacuer la zone en contrebas, dans la vallée du Val Ferret, éloignée des zones urbaines de Courmayeur et au final bien peu fréquentée?

Quand on a une masse aussi volumineuse qui domine une zone habitée et très fréquentée par les randonneurs l'été, connaissant le risque, on ne peut pas faire autrement. On ne peut pas laisser des personnes sous la menace d'une telle avalanche de glace.

Les populations n'aiment pas être évacuées, c'est normal. Mais dans ce cas précis, il était légitime d'évacuer, une décision prise par les administrateurs, sur la base des informations des scientifiques (...) Il vaut mieux évacuer et qu'il ne se passe rien, plutôt que l'inverse.

Dans tous les cas, on a tous les signes avant-coureurs d'une déstabilisation importante.

Le lien avec le réchauffement climatique est donc certain?

Ce n'est pas un cas isolé dans les Alpes. En 2014, le front du petit glacier de la Charpoua s'était écroulé de la même manière. L'avalanche était descendue jusqu'à la Mer de glace, tuant deux randonneurs qui passaient sur le sentier d'accès à un refuge. Depuis, le sentier a été déplacé pour éviter ce secteur qui continue de produire des avalanches.

En août 1949, à la suite d'une décennie déjà chaude et d'un épisode estival très chaud, il y avait eu un drame similaire au glacier du Tour, dans la partie haute de la vallée de Chamonix. L'avalanche s'était arrêtée au fond de la vallée, faisant six victimes. Cela illustre bien les risques que peuvent présenter les glaciers en contexte de retrait glaciaire.

Le lien avec le réchauffement climatique est évident, avec un double effet: un retrait glaciaire particulièrement fort depuis trois décennies, conjugué à des périodes caniculaires de plus en plus fréquentes qui expliquent la situation actuelle. Le réchauffement a produit le retrait glaciaire positionnant souvent les fronts sur des dalles rocheuses raides et lisses, à laquelle s'ajoute une déstabilisation déclenchée par les fortes chaleurs.

AFP/NXP