Passer au contenu principal

FribourgLe premier avion électrique certifié a pris son envol

Un tournant vers une aviation plus écologique a été marqué la semaine dernière, avec le premier vol d’un avion électrique à Ecuvillens (FR).

Le Pipistrel Velis Electro fera principalement office d’avion-école pour les aspirants pilotes de l’aviation légère. (Photo prétexte)
Le Pipistrel Velis Electro fera principalement office d’avion-école pour les aspirants pilotes de l’aviation légère. (Photo prétexte)
OFAC

Le premier avion électrique jamais certifié, le Pipistrel Velis Electro, a effectué la semaine passée son vol inaugural à Ecuvillens (FR). Une telle autorisation est une première mondiale.

Le Velis Electro fera principalement office d’avion-école pour les aspirants pilotes de l’aviation légère, indique lundi l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC). Il marque une étape importante sur la voie d’une aviation plus écologique.

Ce projet a permis d’acquérir une expérience et de tirer des enseignements importants pour la certification d’aéronefs peu polluants dotés d’une motorisation respectueuse de l’environnement, ajoute l'OFAC.

Le moteur électrique a été certifié par l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) à la mi-mai, avant que l'avion lui-même ne reçoive cette autorisation dans la foulée. Il a ensuite pu effectuer son vol inaugural.

Définir les conditions

Avant de délivrer le certificat de l'avion électrique, il a fallu définir et spécifier à partir de zéro les conditions applicables à l’exploitation, à la maintenance et à la formation des pilotes et du personnel. Le cadre de certification de l'AESA est en effet muet sur ces points. L'OFAC a joué un rôle déterminant dans l'élaboration des conditions de certification, précise-t-il.

Profitant du fait que des avions électriques étaient stationnés en Suisse, l’OFAC a eu accès, comme les autorités aéronautiques françaises et slovènes et le constructeur Pipistrel, à des données fournies par un programme de test en vol réalisé sous conditions de vol AESA. Il a été ainsi possible de boucler la certification en moins de trois ans.

ATS/NXP