Passer au contenu principal

L’invitéLe port du masque s’impose

Joëlle Bertossa, co-présidente du Parti socialiste de la Ville de Genève (PSVG)
Joëlle Bertossa, co-présidente du Parti socialiste de la Ville de Genève (PSVG)

L’obligation du port du masque dans les lieux publics est une évidence qui ne devrait pas faire débat. Pourtant, un certain nombre de citoyen·ne·s la remettent en question. Les débats sont devenus tendus et même acrimonieux à ce sujet depuis l’annonce du Conseil d’État d’obliger le port du masque dans les commerces à dater du mardi 28 juillet. Ostensiblement, une ligne de fracture se marque entre les pro et anti-masques. Cela est regrettable. Notre société n’a pas besoin d’une telle fracture, au moment où l’unité et l’engagement de toutes et tous contre la maladie et ses terribles répercussions sociales et économiques doivent se renforcer.

Alors que, dès le début de la pandémie, le masque a été laissé de côté et présenté par le Conseil dÉtat comme non-nécessaire et source de potentielle contamination supplémentaire en cas de mauvaise manipulation, il est devenu obligatoire de le porter; les contrevenant·e·s étant menacé·e·s d’amende. Ce revirement à 360 degrés a été insuffisamment expliqué. Cela a malheureusement fait le lit d’un mouvement de défiance au sein de la population.

Encourager et continuer de faire en sorte que la population adhère au message de prévention est vital. La menace et la contrainte ne devraient pas être utilisé
es en premier lieu. Il est important que la solidarité lemporte, et regrettable que des réfractaires au port du masque mettent en danger leur santé ainsi que celle des autres. On peut certes les blâmer, au nom de la responsabilité individuelle, mais il semble également nécessaire de ne dédouaner personne et de tenir en premier lieu lautorité responsable du choix ayant contribué à la confusion ambiante. Pourquoi une évidence est-elle devenue un lieu de résistance et le besoin d’adhésion un refus de se soumettre, clivant profondément notre société? Ne serait-il pas possible de donner davantage envie et de faire de ce léger inconfort un acte civique et citoyen davantage valorisé et reconnu? Il faut saluer linitiative du Parti socialiste suisse de proposer que le coût économique de lachat de masques pour les plus précaires soit pris en compte. Limpact écologique des masques jetables doit aussi être mieux évalué et des solutions élaborées afin de le réduire.

Sylvain Thévoz, co-président du Parti socialiste de la Ville de Genève
Sylvain Thévoz, co-président du Parti socialiste de la Ville de Genève

On ne peut qu’espérer que les communes, les partenaires associatifs, soient encore davantage placés au cœur du dispositif pour concevoir et transmettre les messages concernant la santé publique. Impliquer toujours davantage celles et ceux qui sont au plus proche du terrain et connaissent leur public est une piste de succès pour le travail de sensibilisation à mener.

Bonne nouvelle: il n’est pas trop tard pour améliorer la participation et la communication. Cest laffaire de toutes et tous. Léchelon communal est incontournable et la créativité est de mise. Des vies précieuses seront ainsi préservées.