Passer au contenu principal

Point sanitaireAucun foyer d’épidémie n’a été identifié dans le canton

La première vague est passée, mais les autorités genevoises insistent sur le respect des règles, les dépistages et les quarantaines.

«La vague est derrière nous, à Genève comme au niveau national.» Adrien Bron, le directeur général de la Santé, a affiché mercredi son contentement lors du traditionnel point sanitaire consacré à l’évolution de l’épidémie. Une satisfaction toutefois prudente: «Il s’agit maintenant de maîtriser la circulation du virus au sein de la population et, par conséquent, de détecter les nouveaux cas et les personnes qui les ont côtoyés afin de les isoler pour prévenir une nouvelle vague.»

Les chiffes tout d’abord, ceux transmis par le médecin cantonal, Jacques-André Romand. La situation est stable et Genève n’a plus enregistré de décès depuis plusieurs jours. «Nous avons effectué 107 tests de dépistage, aucun n’était positif, a-t-il précisé. Nous avons aujourd’hui 35 personnes en quarantaine après avoir été en contact avec des gens testés positifs. La bonne nouvelle, c’est que les cas sont disséminés dans tout le canton, il n’y a donc pas de foyers identifiés.»

Isolées mais pas seules

Subir un nouvel isolement à peine sorti du semi-confinement n’est pas facile à vivre, reconnaît Adrien Bron. C’est pourquoi a été mis en place un accompagnement «pour simplifier au maximum la vie de ces gens». Le site covicoach (https://www.ge.ch/teaser/covicoach) les conseille et du personnel a été spécialement affecté à leur suivi. Le dispositif ne devrait être fréquenté que par quelques centaines de personnes au plus, espère le directeur général.

Qui dit isolement et quarantaine (quatorze jours en fait), dit au préalable dépistage. Le médecin cantonal a rappelé qu’il faut se faire tester si l’on ressent des symptômes. Ce test est remboursé par les caisses maladie s’il est effectué sous prescription médicale. Le Canton va créer une filière rapide, dans laquelle la prescription ne sera plus nécessaire. Dans ce cas, c’est l’État qui prendra en charge le coût. Attention! Il ne faut pas confondre le test de dépistage avec le test sérologique. «Ce dernier n’a aucune utilité médicale et n’est pas remboursé», a précisé Jacques-André Romand.

Contrôle des entreprises

Sur le terrain des entreprises, les contrôles de l’application des mesures et de l’organisation des lieux vont bon train. En tout, ce sont 1813 entreprises qui ont été inspectées, dont 494 la semaine dernière, a précisé Christina Stoll, directrice générale de l’Office cantonal de l’inspection et des relations du travail (Ocirt). Tous les centres commerciaux du canton ont par exemple été visités.

Selon elle, il y a beaucoup de questions car l’organisation à mettre en place est complexe, mais la collaboration est excellente. «Il n’y a eu aucune nouvelle fermeture la semaine dernière», a-t-elle ajouté. Seul bémol pour l’instant, il y aurait, au jugé, un tiers à un quart des restaurants qui sont restés fermés.