Passer au contenu principal

On imite le navigateur Alan RouraLe plein d’énergie avec le «jerky»

Philippe Baratte produit ces lamelles de bœuf épicé à mâcher au pays de la viande séchée.

Philippe Baratte est fier de la teneur record en protéines de son Swiss Jerky: 52%!
Philippe Baratte est fier de la teneur record en protéines de son Swiss Jerky: 52%!
Vanessa Cardoso

On l’imagine aisément dans la bouche d’un cow-boy, qu’il chevauche dans les terres arides américaines, africaines ou australiennes, peu importe. Mais le «beef jerky», soit des morceaux compacts et épais de viande séchée et épicée de bœuf dont le produit du jour, le Swiss Jerky, est un descendant, était mâché… par les terre-neuvas. C’est ainsi qu’on appelait ces pêcheurs européens qui partaient en expédition entre le XVIe et le XXe siècle pour ramener de la morue du large du Canada.

Philippe Baratte est un fan de la mer, mais installé bien loin d’elle, à Vionnaz. Cuisinier, restaurateur et autoproclamé «agitateur de saveurs» – qui est aussi le nom de son activité de traiteur et de fabricant, entre autres de tartares originaux – ce perfectionniste avait en tête depuis bien longtemps de mettre au goût du jour la recette de la «chique» de son arrière-grand-père Norbert. Ces savoureux morceaux de viande séchée, véritables bombes protéinées (lire ci-contre) que son aïeul préparait pour accompagner ces pêcheurs de l’extrême dans des campagnes physiquement épuisantes.

Le navigateur Alan Roura a partagé son snack en plein Vendée Globe sur Instagram.
Le navigateur Alan Roura a partagé son snack en plein Vendée Globe sur Instagram.

«Je savais qu’en reprenant la recette de base, je pouvais produire quelque chose de très bon et d’extrêmement intéressant d’un point de vue nutritif, explique Philippe Baratte qui a presque passé autant d’heures dans son laboratoire à peaufiner son jerky que ces pêcheurs d’un autre temps ont passé en mer. Je pense que je dois avoir utilisé au moins 500 kilos de marchandise pour les essais jusqu’à obtenir satisfaction. Je veux que ce soit le produit qui parle, qui convainc, pas le discours autour.»

«Je veux que ce soit le produit qui parle, qui convainc, pas le discours autour.»

Philippe Baratte

Et c’est réussi! Il y a d’abord l’emballage, sur lequel des sportifs ont remplacé les vaches dans une poya inspirée des découpages traditionnels. Cela attise la curiosité. Une fois ouvert, on découvre un morceau de viande foncé, compact, conservé sous vide et pas encore franchement appétissant.

Sur l’emballage, les sportifs côtoient les vaches dans une poya inspirée des découpages traditionnaux.
Sur l’emballage, les sportifs côtoient les vaches dans une poya inspirée des découpages traditionnaux.
Vanessa Cardoso

Mais une fois qu’on en a détaché une petite lamelle, il y a un fort risque d’accoutumance. La viande résiste sous la dent, offre une mâche agréable et libère graduellement tout un bouquet de saveurs, même dans sa version la plus simple, «l’original», inspirée de l’arrière-grand-père.

Philippe Baratte n’utilise que de la viande de boeuf premier choix.
Philippe Baratte n’utilise que de la viande de boeuf premier choix.
Vanessa Cardoso

Aussi amoureux de ses montagnes d’adoption que du bord de mer qui l’a vu grandir, Philippe Baratte a concocté une autre version de son Swiss Jerky en y ajoutant un mélange d’herbes bios du Grand-Saint-Bernard qui fleure presque le foin. La troisième option séduira les fans du jerky venu de l’hémisphère Sud, où on aime lui ajouter un peu de chili pour un piquant très intéressant.

Les herbes bio du Grand St Bernard magnifient la viande à merveille.
Les herbes bio du Grand St Bernard magnifient la viande à merveille.
Vanessa Cardoso

Que ce soit pour son goût, pour sa texture unique ou pour son apport protéiné – hyperintéressant quand on est au régime! – le Swiss Jerky devrait rapidement trouver une place de choix dans nos sacs à dos.

Disponible en sachets de 50 g (7 fr. 90) ou de 100 g (14 fr. 90) en trois saveurs: original, herbes du Grand-Saint-Bernard ou hot chili sur www.swissjerky.com

2 commentaires
    jean

    Pas que dans les sacs a dos. Une ou deux tablettes avec peut-etre un paquet de chips seront une alternative pour beaucoup au macdo de midi. En tout cas, succes monstre garanti.