Passer au contenu principal

Les folles ambitions du président du PDC suisseLe PDC prêt à gommer la référence chrétienne pour regagner du pouvoir

Changement de nom, fusion avec le PBD: de passage à Genève, Gerhard Pfister, le président national, explique sa stratégie de reconquête pour devenir le centre de gravité de la politique suisse.

Gerhard Pfister, président du PDC Suisse.
Gerhard Pfister, président du PDC Suisse.
Laurent Guiraud

En ce mardi soir 13 octobre, Gerhard Pfister, le président du PDC suisse, est à Genève pour débattre, avec les membres locaux du parti, du projet de réforme interne qui suscite la polémique et divise les démocrates-chrétiens partout en Suisse: l’abandon du terme chrétien dans le nom du parti, qui serait rebaptisé Le Centre. Les 80’000 membres de la formation ont jusqu’au 16 octobre pour se prononcer sur la question. Gerhard Pfister nous détaille les raisons de cette proposition et avoue s’être fixé deux objectifs: 20% des voix aux élections fédérales de 2023 (contre 11% en 2019) et reconquête du second siège du parti au Conseil fédéral en 2027.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.