Passer au contenu principal

AviationDépart surprise du patron de Swiss, les syndicats inquiets

Thomas Klühr s’en va. Il va laisser les manettes de la filiale suisse du groupe Lufthansa à la fin de l’année à sa propre demande. Les syndicats craignent pour les places de travail.

Le directeur général de Swiss, Thomas Klühr, va quitter en fin d’année les commandes de la compagnie aérienne (archives).
Le directeur général de Swiss, Thomas Klühr, va quitter en fin d’année les commandes de la compagnie aérienne (archives).
KEYSTONE/ENNIO LEANZA

Le directeur général de Swiss, Thomas Klühr, va abandonner en fin d’année les commandes de la compagnie aérienne à sa propre demande, a indiqué mardi la filiale helvétique du groupe Lufthansa. Son successeur doit être désigné d’ici là.

Thomas Klühr, qui avait pris la direction de Swiss en février 2016, va également se retirer de la présidence du conseil d’administration de la filiale de vols de vacances Edelweiss, selon un communiqué. Son départ, «motivé par des raisons d’ordre privé», était initialement prévu au premier trimestre, mais avait été reporté avec l’apparition de la pandémie de coronavirus, a précisé le président Reto Francioni, cité dans le communiqué.

Successeur désigné au 4e trimestre

«Le conseil a accepté cette demande avec le plus grand regret mais en respecte les raisons d’ordre privé», a ajouté le transporteur aérien national. L’organe de surveillance désignera son successeur au quatrième trimestre. Le directeur général sortant «a mené Swiss très loin sur la voie du succès et, suite à l’apparition de la Covid-19, a largement contribué à stabiliser la compagnie sur le plan financier et opérationnel», a souligné Reto Francioni.

L’Allemand siégera à la Fondation suisse de l’aviation qui se trouve en cours de création. Cette dernière a été fondée avec l’objectif de contrôler le respect de l’accord conclu entre la Confédération et Lufthansa au sujet de l’évolution de la plateforme aéroportuaire de Zurich. Elle représentait également l’une des conditions à l’octroi de la garantie de crédit publique.

Longue carrière chez Lufthansa

Le futur ex-patron de Swiss, né en 1962, a fait une grande partie de sa carrière auprès de la maison-mère Lufthansa où il est entré en 1990. Il y a occupé diverses fonctions avant de rejoindre le conseil d’administration en 2011.

Hormis ses activités dans le secteur aérien, ce diplômé en gestion d’entreprises de l’université d’Erlangen en Allemagne siège également au conseil d’administration de la faîtière Economiesuisse et de la Chambre de commerce germano-suisse.

A l’instar du secteur aérien mondial, Swiss a été lourdement impacté par la pandémie de coronavirus. Swiss perd environ un million de francs par jour, contre 3 millions lors des mois les plus difficiles en avril et mai.

Un soutien public lui a été octroyé à hauteur de 1,28 milliard de francs de garantie pour elle-même et Edelweiss, permettant aux deux entreprises d’obtenir des crédits bancaires pour 1,5 milliard.

Au premier semestre, Swiss a vu son chiffre d’affaires dégringoler de 55% à 1,17 milliard de francs, le nombre de passagers chutant de 64% à 3,2 millions. L’entreprise a enregistré une perte d’exploitation de 266,4 millions, après un bénéfice opérationnel de 245,3 millions un an plus tôt.

Syndicat inquiet

Réagissant à ce départ, le syndicat du personnel au sol du secteur aérien Sev-Gata s’est dit «irrité» de cette démission intervenant en pleine crise du coronavirus. Son président Philipp Hadorn a estimé que cette annonce «soulève des interrogations». «Nous sommes inquiets pour les places de travail, les salaires et les conditions de travail des employés de Swiss et exigeons de la direction (de la compagnie aérienne) qu’elle s’engage pour leur maintien», a-t-il ajouté.

Alors que le secteur aérien supprime des postes à tout va, Swiss a jusqu’à présent affirmé ne pas procéder à des coupes dans ses effectifs dans la mesure du possible. Sa maison-mère Lufthansa a par contre déjà sabré 22'000 emplois.

Des négociations entre la direction de Swiss et le personnel au sol prévues mercredi au sujet des mesures d’économies ont été reportées.

Le journal Handelszeitung a quant à lui déjà dressé la liste des successeurs potentiels, notamment le patron d’Edelweiss Bernd Bauer ou le directeur financier de Swiss Markus Binkert.

ATS/NXP