Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Politique en Allemagne Le parti d’extrême droite AfD placé sous surveillance

L’Office de protection de la Constitution a placé l’Afd parmi les «cas suspects». Cela lui permet de surveiller ses communications ou encore d’introduire des informateurs dans ses rangs (photo d’archives).

«Scandaleux !»

«Politique destructive»

AFPE

4 commentaires
    Gilles Hieron

    De deux choses l'une, où bien il y a des preuves matérielles qui montrent que ce mouvement est dangereux, et donc il faut l'interdire et le dissoudre, et même arrêter ses dirigeants qui organisent des actes illicites ou des disruptions de la démocratie, où bien c'est un parti politique comme les autres même si certains n'approuvent pas du tout ses idées, et il doit être traité comme les autres.

    Ceci étant dit, pourquoi on ne traite pas de la même façon l'extrême-gauche? Ils sont pas tout autant dangereux pour la démocratie?

    Une information que la presse ne donne pas: l'an passé l'AfD a été la cible de 837 sabotages, destructions de matériels, de stands électoraux et agressions physiques de ses membres par des gens d'extrême-gauche. C'est pas assez? Là on a aussi des éléments matériels très clairs de disruption de la démocratie. On va les mettre sous surveillance aussi et éventuellement les dissoudre et les interdire?

    L'impression qu'on a c'est que petit à petit partout en Europe on a de moins en moins des états de droit qui traitent tout le monde de la même façon et qui interdisent les groupes dangereux, l'impression qu'on a c'est qu'on glisse lentement mais surement vers un état de gauche qui persécute les gens de droite parce qu'ils n'ont pas les opinions conformes à la doxa. Et c'est pas qu'en Allemagne.