Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

ÉditorialLe pari climatique du Conseil d’État

«Un État qui n’aurait aucune dette mais n’adapterait pas ses infrastructures laisserait en réalité un héritage bien pire qu’une dette financière aux générations futures.»

32 commentaires
Trier:
    Aston M.

    Investissement, investissement, c'est de la dépense. S'il faut isoler un bâtiment à un million pour économiser 10 mille pour le chauffage par an (1%) ça va aujourd'hui mais quand les taux seront à 3% il faut payer 30'000.- pour servir la dette et perdre par conséquent 20 mille par an. Le Conseil d'Etat ne doit supporter le poids du ciel sur ses épaules. Nous n'avons pas les moyens tout simplement.