Passer au contenu principal

Catastrophe au LibanLe nitrate d’ammonium, premier suspect des explosions de Beyrouth

Connu pour être à l’origine de nombreux accidents, le nitrate d’ammonium pourrait avoir causé la double explosion survenue mardi dans la capitale libanaise.

Le  nitrate d’ammonium est souvent stocké sous forme de billes.
Le nitrate d’ammonium est souvent stocké sous forme de billes.
AFP

Un sel blanc et inodore pourrait avoir provoqué les deux puissantes explosions qui ont secoué Beyrouth mardi 4 août. Connu sous le nom de nitrate d’ammonium, ce composant chimique est utilisé comme base de nombreux engrais azotés sous forme de granulés.

Selon le premier ministre libanais, environ 2750 tonnes de nitrate d’ammonium étaient stockées dans l’entrepôt du port de Beyrouth qui a explosé, causant la mort d’une centaine de personnes et des dégâts sans précédent.

«Ce n’est pas facile de le faire détoner»

Jimmie Oxley, professeure de chimie à l’Université du Rhode Island

Les nitrates d’ammonium composent les engrais appelés ammonitrates, que les agriculteurs se procurent en gros sacs ou en vrac. Ce ne sont pas des produits combustibles: ce sont des comburants, c’est-à-dire qu’ils permettent la combustion d’une autre substance déjà en feu.

«Le nitrate d’ammonium est très difficile à brûler, explique Jimmie Oxley, professeure de chimie à l’université du Rhode Island, ce n’est pas facile de le faire détoner.»

Pour qu’une détonation survienne, une contamination par une substance incompatible ou une source intense de chaleur est nécessaire. Le stockage doit donc suivre des règles strictes pour isoler le nitrate d’ammonium de liquides inflammables (essences, huiles…), de liquides corrosifs, de solides inflammables ou encore de substances qui dégagent une chaleur importante.

Principalement utilisé dans l’agriculture

La professeure Jimmie Oxley rappelle que le nitrate d’ammonium est devenu indispensable à agriculture et à la construction.

«Nous n’aurions pas ce monde moderne sans explosifs, et nous ne pourrions pas nourrir la population actuelle sans les engrais au nitrate d’ammonium, dit-elle. Nous en avons besoin, mais il faut faire vraiment attention à ce qu’on fait avec.»

Le nitrate d'ammonium «est surtout utilisé comme engrais azoté pour les cultures de légumineuses à feuilles», indique la Société chimique de France. En Suisse, il s’agit de l’engrais azoté le plus utilisé.

Dangereux pour la santé?

Le nitrate d’ammonium peut se révéler toxique pour l’homme à court terme. «Ce sont les gaz formés lors de l’explosion qui sont toxiques, explique Jérôme Waser, Professeur de catalyse et synthèse organique à l’EPFL. Si vous regardez la fumée qui s’est dégagée de l’explosion, vous voyez une couleur brune. Elle est due à l’oxyde d’azote, un polluant atmosphérique que le nitrate d’ammonium contient».

Une nuage menaçant s’est formé au-dessus de Beyrouth peu après l’explosion.
Une nuage menaçant s’est formé au-dessus de Beyrouth peu après l’explosion.
KEYSTONE

En fonction des vents, les produits chimiques expulsés dans l’air lors de l’explosion devraient se dissiper rapidement. « Cela pourrait devenir problématique d’un point de vue sanitaire s’il se met à pleuvoir sur Beyrouth, poursuit Jérôme Waser, car l’oxyde d’azote est un polluant persistant et il peut déclencher des pluies acides ».

Au même titre que n’importe quelle fumée provoqué par un incendie, l’inhalation de poussières de nitrate d’ammonium peut donc irriter les voies respiratoires. En outre, elle peut également provoquer de sévères irritations des yeux.

Sur place, l’ambassade des Etats-Unis a demandé aux personnes se trouvant dans la zone d’explosion de «rester à l’intérieur et de porter des masques si possibles», rapporte CNN.

Accidents répétés à travers le temps

Malgré son caractère essentiel, le nitrate d’ammonium est tout de même à l’origine de nombreuses catastrophes. L’un des tout premiers accidents fit 561 morts en 1921 à Oppau en Allemagne, dans une usine BASF. En 1947, Brest fut secouée par l’explosion du cargo norvégien Ocean Liberty qui transportait la substance.

En France aussi, empilées en vrac dans un hangar de l’usine chimique AZF dans la banlieue sud de Toulouse, quelque 300 tonnes de nitrates d’ammonium ont subitement explosé et fait souffler un vent de mort et de désolation sur la quatrième ville de France le 21 septembre 2001: 31 personnes sont mortes, et la déflagration fut entendue 80 km à la ronde.

Vue aérienne de l’usine chimique AZF de Toulouse, qui a explosé en 2001.
Vue aérienne de l’usine chimique AZF de Toulouse, qui a explosé en 2001.
EPA PHOTO ATOFINA/KEYYSTONE

Aux États-Unis, une terrible explosion à l’usine d’engrais West Fertilizer, à Waco au Texas, fit 15 morts en 2013. Un stock de nitrates d’ammonium a explosé à cause d’un incendie d’origine criminelle; l’absence de normes de stockage avait été mise en cause par les enquêteurs.