Passer au contenu principal

Recherche scientifiqueLe mystère du bouc à quatre cornes est levé

L’Université de Genève, en collaboration avec l’EPFL, a mis en évidence la mutation d’un gène architecte pour expliquer pourquoi des animaux sont polycérates.

Les éleveurs de moutons sélectionnent les animaux pour conserver leur particularité de posséder quatre cornes.
Les éleveurs de moutons sélectionnent les animaux pour conserver leur particularité de posséder quatre cornes.
UNIGE/John Hedges

Marie-Antoinette était tombée sous le charme de la particularité morphologique d’un bouc à quatre cornes. Elle l’avait fait transférer depuis la ville de Bulle jusqu’au Hameau de la reine à Versailles en 1786. Cette anecdote constitue la première mention documentée d’un animal polycérate (qui a plus de deux cornes). Depuis cette date, ces derniers se sont multipliés à travers la planète, suscitant une certaine fascination. Les éleveurs sélectionnent les moutons pour cela. Dans les Alpes surtout, des chèvres à quatre cornes apparaissent de manière spontanées. Il n’empêche, l’origine de cette formation est restée mystérieuse jusqu’à aujourd’hui.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.