Passer au contenu principal

GenèveLe MEG pourrait changer de nom

Le débat sur la décolonisation rattrape le Musée d'ethnographie de Genève (MEG). Une nouvelle dénomination pourrait être choisie pour refléter la transformation du musée et la rupture qu’il opère avec son passé.

Des réflexions sont en cours pour modifier le nom du Musée d'ethnographie de Genève (MEG) qui s’est engagé dans un processus décolonial (archives).
Des réflexions sont en cours pour modifier le nom du Musée d'ethnographie de Genève (MEG) qui s’est engagé dans un processus décolonial (archives).
KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

En pleine mutation, le Musée d'ethnographie de Genève (MEG) se lance dans un processus de décolonisation de ses pratiques et de ses collections. Dans cette optique, l’institution pourrait changer de nom.

Le MEG réfléchit à une nouvelle marque décoloniale et globale, indique jeudi l’institution dans un communiqué. Le nom «Musée d'ethnographie de Genève» doit être challengé, questionné et repensé. Une nouvelle dénomination pourrait ainsi être choisie pour refléter la transformation du musée et la rupture qu’il opère avec son passé.

Le débat sur la décolonisation des musées d’ethnographie, une science coloniale du 19e siècle, est général. Confrontés à des attitudes critiques, ces musées sont en l’état en voie de disparition. Ils sont souvent rebaptisés en musées des cultures.

Dans son Plan stratégique 2020-2024 dévoilé en novembre dernier, le MEG place les enjeux de la décolonisation, les processus collaboratifs, l’inclusion et la durabilité au coeur de sa nouvelle vision. Au total, huit programmes concrétisent ces nouvelles priorités.

La muséographie du MEG revisitée proposera dès 2023 une nouvelle exposition permanente ainsi que deux expositions temporaires par année, contre une actuellement. Cette répartition permettra de proposer au public au moins une exposition temporaire pendant toute l’année.

ATS/NXP