Cinq nouveaux chiots pour la police genevoise

La brigade canine du bout du lac n’a jamais eu autant de membres. Les canidés seront prêts d’ici à deux ans.

«Nax», jeune berger allemand de 3 mois, est une des nouvelles recrues de la police genevoise. Un peu intimidé, il se prête néanmoins de bonne grâce à la séance photo.

«Nax», jeune berger allemand de 3 mois, est une des nouvelles recrues de la police genevoise. Un peu intimidé, il se prête néanmoins de bonne grâce à la séance photo. Image: François Wavre | Lundi13

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il est encore mal assuré sur ses pattes, joueur mais vite fatigué. À même pas 3 mois, Nax est déjà la star d’un shooting photo, mais peine à rester en place dans la voiture d’intervention dans laquelle il doit trôner. La boule de poils fait partie, avec quatre autres chiots, de la relève de la brigade des chiens genevoise. Ses autres petits camarades se nomment Benkei, 6 mois, Skar, 5 mois, Kerouac et Arkam, tous deux nés en juin, et tous aussi mignons. Le contingent des canidés en formation est désormais fort de onze éléments. Deux autres doivent encore arriver début 2020.

Ces recrues ne seront pas de trop pour la brigade. Elles permettront d’assurer un meilleur tournus de permanence. Des chiens doivent en effet être disponibles à toute heure du jour et de la nuit en cas d’intervention. Les deux grandes spécialisations sont la détection d’explosifs et la détection de stupéfiants. Cette dernière est la plus utilisée. Tous sont des bergers allemands ou belges, très polyvalents et obéissants. Un rouge de Hanovre fait aussi partie de la brigade et met à disposition son odorat très développé. Cette race, à l’origine destinée à la chasse, est moins obéissante et a un usage limité.

Les chiots viennent de toute la Suisse voire de l’étranger. Ils sont nés dans des élevages de chiens de travail. L’agent peut choisir le chenil mais doit obtenir l’aval de responsables. L’animal est ensuite placé dans la famille du policier avec qui il va vivre dès l’âge de 2 mois. «L’agent prend généralement deux ou trois semaines de vacances pour s’en occuper et tisser des liens», explique le lieutenant Gérard Milano, chef de la brigade des chiens.

Apprendre à obéir

Le jeune animal commence sa formation en apprenant à obéir et à être à l’aise dans toute situation. «Les élevages sont souvent situés à la campagne. Il faut donc emmener les chiots au centre-ville pour qu’ils côtoient des gens et découvrent les voitures, les trams ou les trains par exemple, détaille le gradé. Ils s’acclimatent plus facilement jusqu’à 4 mois. Après, cela demande plus de travail.»

Les chiots découvrent également le métier de policier. Ils se spécialisent après avoir obtenu leur examen opérationnel, au bout de 18 mois en moyenne. «Le choix va dépendre des besoins de la brigade, des prédispositions du chien et des envies de l’agent», précise le lieutenant Milano. La recherche de stupéfiants et son plus grand nombre d’interventions séduit davantage. Le chien apprend en jouant. «Par exemple, nous lui faisons chercher des produits, stupéfiants ou explosifs. Quand il fait une découverte, nous le félicitons en lui donnant son jouet ou une friandise, ce qui le motive dans la recherche», indique le responsable. En intervention, le maître récompense son animal de la même façon. Cependant, quand le chien atteint une certaine maturité, une caresse suffit pour le récompenser.

Les chiens sont aussi dressés à interpeller des fuyards. Ils apprennent à stopper l’individu en l’attrapant aux jambes. «Il doit saisir la personne en une prise, une morsure», assure le lieutenant. Le recours au mordant est très rare. Sur quelque 1800 recours à un chien de police par année, seuls trois ou quatre cas connaissent une telle issue. L’agent doit ensuite s’en expliquer. La situation est similaire lorsqu’une arme est employée.

La carrière d’un chien dure environ neuf ans. Il est suivi par un vétérinaire genevois mobilisable 24 heures sur 24 qui s’occupe des membres de la brigade. Une fois à la retraite, le canidé reste avec son maître, avec qui il a tissé des liens très étroits. «Nous voyons notre chien plus souvent que notre famille ou nos collègues, témoigne le lieutenant Milano. C’est toujours un déchirement quand il n’est plus là.»

Créé: 14.09.2019, 22h58

Articles en relation

Vaud et Genève se font épingler pour leurs analyses ADN

Sécurité La pratique de la police et de la justice vaudoise est inappropriée au regard de la jurisprudence, selon un rapport fédéral. Genève est aussi égratignée. Plus...

Un policier lausannois ranime un chien noyé

Faits divers Pleinement remis de ses émotions, le yorkshire «Pepita» a remercié son sauveur. Plus...

Un policier fédéral accusé pour ses parties de chasse

Suisse L’homme a été licencié par FedPol pour un voyage non autorisé en Russie. De nouvelles accusations voient le jour. Il se défend. Plus...

Un policier dérape alors qu’un collègue le filme

Audition musclée L’homme, qui aurait tenu des propos menaçants envers un prévenu, conteste la validité du film enregistré à son insu. Plus...

Le chien de police «Elvis» a du flair

Fait divers L'animal, engagé sur le front de la recherche de stupéfiants, a mis la patte sur 103 grammes d'héroïne au bord du Rhône. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...