Passer au contenu principal

Encre bleueLe masque et la bise

Pierre Albouy

Un ami m’a dit: «Chiche que t’arrives pas à faire tout un billet sur le masque et la bise.» Défi relevé l’ami, tu vas voir!

Ce dimanche, il a donc fait une bise décoiffante. Un truc à ne pas mettre un Genevois dehors. Ils étaient pourtant nombreux à s’aventurer au bord du lac pour prendre l’air et s’émouvoir devant les vagues qui moutonnaient joliment jusqu’à perte de vue, donnant à notre plan d’eau une grandeur presque océane.

Côté quai et parc, surprise. Alors que les distances entre promeneurs sont plus que confortables, ils avancent contre le vent froid masqués comme dans les Rues-Basses. J’ai mis du temps à en comprendre la raison. Et puis j’ai pigé: un effet désagréable de la muselière est de tenir trop chaud au visage. Autant l’utiliser quand souffle la bise! Cette protection s’avère plus efficace qu’un foulard qui tente toujours de s’échapper. Et pour améliorer la promenade dominicale, on peut accorder l’accessoire sanitaire à sa tenue vestimentaire, c’est d’un chic!

Mais encore? Eh bien, il y a plein d’autres avantages à porter ce masque sur la voie publique, par temps de bise, ou pas. En plus de son utilité première, il nous coupe des mauvaises odeurs. Celles des autres, bien sûr. La nôtre, on s’y fait. À moins de mâcher un chewing-gum pour changer l’air vicié, mais alors bonjour les picotements aux yeux si la gomme est trop mentholée…

On m’a glissé à l’oreille qu’avec un masque sur la face, on pouvait s’endormir pépère dans les transports publics sans risquer que le passager voisin ne voie votre glotte ou un filet de bave aux commissures de vos lèvres, ce qui est peu seyant.

Il cache aussi les imperfections de la peau, met en valeur vos beaux yeux et vous empêche de vous ronger les ongles…En plus, comme on l’a vu, c’est une protection idéale contre la bise. Mais pour la faire, on a vu mieux!

Et tac, l’ami. Je t’en colle une, à bonne distance…

7 commentaires
    Sébastien

    Le masque je ne le porte jamais, ni à l'intérieur ni à l'extérieur, j'ai besoin de respirer et de sentir les odeurs...Le froid de la bise sur mon visage !! Bien entendu je subis ainsi moultes agressions , mais aucun prix à payer aussi cher soit il ne saurait égaler celui de la liberté....