Passer au contenu principal

Première vaudoiseLe Léman s’incline pour la naissance de deux eiders à duvet

Le lac a été maintenu à un niveau bas pour que la couvée puisse éclore. Cette nidification est la plus méridionale connue.

La femelle eider à duvet a donné naissance à deux canetons vendredi sur une petite île au large des Grangettes. Une première lémanique.
La femelle eider à duvet a donné naissance à deux canetons vendredi sur une petite île au large des Grangettes. Une première lémanique.
Lionel Maumary/DR

S’il y a des naissances qui ont été très attendues, ce sont bien celles-ci. Après 28 jours d’incubation, une femelle eider à duvet – un gros canard marin originaire de la Baltique – a donné naissance, vendredi dans la réserve naturelle des Grangettes, à deux canetons. Une première sur le Léman et une première vaudoise. Cette nidification est en outre la plus méridionale connue, à 1000 km au sud de la Baltique, avec une autre survenue dans l’Ain en France. Mais il s’en est fallu de peu que le minuscule îlot sur lequel la femelle eider a fait son nid ne soit englouti par les eaux. Le niveau du Léman doit en effet encore monter de 45 cm jusqu’à la mi-juin, après avoir été abaissé au barrage du Seujet à Genève comme lors de chaque année bissextile. «Grâce aux services cantonaux concernés, notamment le Service de l’écologie de l’eau à Genève, le lac a finalement pu être maintenu à un niveau permettant l’éclosion de la couvée», se réjouit le biologiste et ornithologue Lionel Maumary. Ces derniers jours, il a également fallu renforcer la surveillance pour éviter que des engins aquatiques ne s’y aventurent, notamment durant le week-end de Pentecôte. «La nichée a aussi dû affronter les orages de ces dernières heures», relève Olivier Epars, gérant de la réserve naturelle.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.