Passer au contenu principal

Ville de GenèveLe Grand Théâtre face à une difficile réforme

La Cour des comptes a émis quatorze recommandations, urgentes pour la plupart, visant à revoir la gouvernance de l’institution. Un vaste défi.

Si «la maison est bien gérée», pour reprendre les mots du président de la Cour François Paychère, elle n’en est pas moins érigée «sur un endroit instable».
Si «la maison est bien gérée», pour reprendre les mots du président de la Cour François Paychère, elle n’en est pas moins érigée «sur un endroit instable».
Salvatore Di Nolfi

Il a fallu trois ans de travaux pour rénover l’enceinte du Grand Théâtre sur la place Neuve. Il en faudra sans doute encore plus pour arriver au bout d’un autre vaste chantier. Jeudi, la Cour des comptes a livré les conclusions de son audit – très attendu – sur la gouvernance de la Fondation du Grand Théâtre (FGTG), l’organe qui s’assure du bon fonctionnement de l’institution lyrique. Si «la maison est bien gérée», pour reprendre les mots du président de la Cour François Paychère, elle n’en est pas moins érigée «sur un endroit instable».

Il y a comme un paradoxe. Les charges de fonctionnement et les charges artistiques sont «maîtrisées». Et, en même temps, la cour constate des déficits récurrents «qui ne sont comblés que grâce à la générosité de mécènes ou aux crédits extraordinaires de la Ville de Genève». Elle émet quatorze recommandations – toutes acceptées à une exception près.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.