Passer au contenu principal

Encre bleueLe grand bal masqué de l’été

LUCIEN FORTUNATI

Nous n’avons plus que lui à la bouche. Lui collé à elle, dans une troublante intimité.

L’accouplement n’a pourtant rien de sensuel ou de follement érotique: quand le mercure dépasse la barre des trente degrés, sa présence devient même vite étouffante. Mais on ne va pas y couper cet été!

Nous ne ferons désormais plus qu’un avec notre masque, lui qui n’était pas vraiment pris au sérieux au bout du lac il y a peu de temps encore.

Aujourd’hui, il se venge. Il va nous barrer le visage au premier contact avec d’autres humains croisés dans un lieu plus ou moins clos. On le cherchera alors à tâtons dans son sac ou sa poche avant de grimper dans le bus, d’entrer dans un magasin, de visiter un parent ou d’aller se déhancher sur une piste de danse. Notez que je n’ai pas encore testé cette dernière option, mais j’imagine combien ça doit être plaisant de se trémousser avec un tel sparadrap sur la face!

Et puis à force de le mettre et de l’ôter sans cesse au quotidien, on finira par le laisser en place sur soi, pour se simplifier la vie. Le grand bal masqué de l’été pourra commencer, avec ses chorégraphies collectives bien orchestrées et ses pas de côté.

Car il y aura toujours des êtres rétifs à l’obligation de porter un masque, quelle que soit sa nature. Et cela ne date pas d’hier.

«Personne ne peut porter longtemps le masque», affirme ainsi Sénèque, philosophe latin épris de sagesse dont je n’ai pas lu l’intégrale. J’ai trouvé sa citation avec beaucoup d’autres sur le thème du jour. «Le bonheur? C’est vivre dans la réalité, ne pas porter de masque», constate pour sa part Tom Cruise, l’acteur qui n’a rien d’un philosophe.

Dans son Émile ou De l’éducation, Jean-Jacques Rousseau précise: «Qu’il voie que tous les hommes portent à peu près le même masque, mais qu’il sache aussi qu’il y a des visages plus beaux que le masque qui les couvre.» C’est rassurant, non?

Et quand la protection sanitaire vous pèse sur le moral et le reste, pensez à la phrase de Nietzsche: «Tout esprit profond a besoin d’un masque»…