Passer au contenu principal

MédiasLe Conseil suisse de la presse remanie ses rangs

Pour la première fois de son histoire, il y a plus de femmes que d’hommes à l’organe d’autorégulation de la partie rédactionnelle des médias suisses. Susan Boos est la nouvelle présidente.

La présidence du Conseil de la presse sera donc composée à l’avenir de Susan Boos, nouvelle présidente élue, d’Annik Dubied et de Max Trossman, écrit le Conseil suisse de la presse.
La présidence du Conseil de la presse sera donc composée à l’avenir de Susan Boos, nouvelle présidente élue, d’Annik Dubied et de Max Trossman, écrit le Conseil suisse de la presse.
KEYSTONE

Six nouveaux membres, dont trois journalistes francophones, rejoignent le Conseil suisse de la presse. La professeure en journalisme Annik Dubied (Université de Neuchâtel) reprendra les fonctions de vice-présidente du conseil à la mi-2021, indique l’organisme lundi dans un communiqué.

La présidence du Conseil de la presse sera donc composée à l’avenir de Susan Boos, nouvelle présidente élue, d’Annik Dubied et de Max Trossman, écrit le Conseil suisse de la presse.

Dès le 1er janvier 2021, les journalistes Joëlle Fabre («24heures»), Michael Furger («NZZ am Sonntag»), Fati Mansour («Le Temps») et Anne-Frédérique Widmann («RTS») feront leur entrée au Conseil de la presse. La professeure d’histoire Monika Dommann (Université de Zurich) et l’avocat Luca Allidi rejoignent également l’organisme.

Pour la première fois de son histoire, le Conseil suisse de la presse se compose de plus de 50% de femmes (11 contre 10 hommes).

Composé de représentants des associations de journalistes, des éditeurs et de la SSR, le Conseil suisse de la presse joue le rôle d’organe d’autorégulation de la partie rédactionnelle des médias suisses. Le public peut en outre s’adresser à lui pour contester le contenu des médias.

ATS/NXP