Passer au contenu principal

Lutte contre le Covid-19Aides Covid: Genève est furieux contre Berne

Genève dénonce le manque d'aides financières de la Confédération. Les autorités cantonales saluent, en revanche, l'élargissement des bénéficiaires potentiels.

LIVE TICKER FIN DU LIVE

Les points clés

C'est la fin de ce point presse, merci de l'avoir suivi avec nous.

Ce qu'il faut retenir:

- Le Conseil d'État genevois est remonté contre la Confédération.

- La Confédération va assouplir les conditions d'accès aux aides pour les entreprises sans augmenter l'enveloppe distribuée aux cantons.

- Ce sera donc aux cantons d'indemniser. Le gouvernement genevois évoque 340 millions de francs pour les six premiers mois de 2021.

- Jusqu'à 4000 entreprises pourraient être concernées.

- Concernant une fermeture des écoles, la Confédération pourrait se prononcer la semaine prochaine.

Quelle estimation pour ces coûts?

Si on part du principe que 300 entreprises étaient éligibles jusque-là, on va passer à 4000, explique Nathalie Fontanet. Le montant sera nettement plus important. On atteindra 340 millions pour les six premiers mois de 2021. Un chiffre qui s'ajoute aux aides octroyées jusqu'à fin 2020. Le cas des entreprises qui n'ont pas été aidées en 2020 interroge lui aussi.

On parle des fitness, du secteur des loisirs, de la culture… Il va falloir se reposer la question pour eux.

Comment Genève va financer tout ça?

Mme Fontanet répond: via des aides à fonds perdu. Les prêts ne sont pas une solution pour l'ensemble des entreprises. Il faudra trouver des solutions spécifiques, suivant les situations.

Anne Emery-Torracinta ajoute qu'il ne s'agit, dans l'état actuel des réflexions du Conseil d'État, que d'extrapolations.

Place aux questions des journalistes

Qui va payer les restaurateurs?

Le Canton va assumer ses responsabilité. Nathalie Fontanet rappelle que Genève a déjà indemnisé les cas de rigueur depuis décembre. Les autorités genevoises ont investi 130 millions à ce jour. Les aides de la Confédération restent plafonnées à 80 millions. Pour l'heure, le Canton va assumer ces indemnisations.

«Nous devons maintenant indemniser pour la seconde fermeture, jusqu'au 28 février», explique Mme Fontanet. La conseillère d'État se dit «fâchée». «Les entreprises n'ont plus de revenus! Elles ne peuvent pas attendre pour survivre.»

«Le fédéralisme est parfois compliqué»

Anne Emery-Torrincinta s'exprime à son tour: «Le fédéralisme est parfois compliqué.»

Concernant l'administration, nous ne sommes pas dans la situation du mois de mars. Cette fois, toutes les prestations de l'État continueront normalement.

Par ailleurs, la Confédération ne s'est pas exprimée sur les écoles. Les cantons devront faire des propositions d'ici à vendredi. Le Conseil fédéral se prononcerait éventuellement la semaine prochaine.

Un plan d'aide cantonal sera annoncé prochainement

Le Conseil d'État reviendra la semaine prochaine avec un projet plus global pour des entreprises qui n'étaient jusque là pas éligibles pour les aides, notamment pour celles qui n'ont pas été fermées mais sur qui le coronavirus a eu un véritable impact sur le chiffre d'affaires.

Nathalie Fontanet donne deux éléments importants. Premièrement, «le caractère «Picsou» de la Confédération n'a pas de sens. Les entreprises non aidées basculeront à l'aide sociale.» Deuxièmement, toutes les entreprises sont à l'écoute et les formulaires vont devoir être adaptés pour faciliter l’éligibilité aux aides. Il suffira de quarante jours de fermeture depuis novembre 2020 pour y avoir accès.

«Une nouvelle catastrophique»

Nathalie Fontanet prend la parole. Les bénéficiaires des aides vont augmenter et l'enveloppe attribuée aux cantons ne bouge pourtant pas: «C'est déroutant!»

La participation de la Confédération aux aides reste de 80 millions pour le canton de Genève, alors que les cas de rigueur auraient pu être élargis à différents secteurs.

«C'est une nouvelle catastrophique pour le Canton et les bénéficiaires de ces aides.»

Nouveau variant du Covid et fermeture des commerces

La fermeture des commerces est nécessaire et portera ses fruits. Genève n'y était pas favorable, mais «la Confédération devait faire des choix». Cette mesure est une réponse à l'arrivée du nouveau variant.

Quand Genève avait pris cette décision en novembre, il n'y avait pas de concurrence avec les commerces français. Pour le moment, ils restent ouverts en France voisine. «Les caractéristiques particulières du canton de Genève n'ont pas été prises en compte», conclut Mauro Poggia.

Sur les rassemblements

Les rassemblements publics sont limités à cinq personnes. Il en va de même pour des rassemblements privés, «enfants compris». Une famille de cinq personnes ne pourra donc inviter personne.

Ouverture des commerces

Mauro Poggia résume les mesures de la Confédération. Il n'y aura pas de restrictions d'horaires pour les commerces ouverts. Le Canton s'aligne sur les annonces du Conseil fédéral.

Aujourd'hui, nous avons des fermetures le dimanche imposées par la Confédération. Dès lundi, les magasins qui pourront ouvrir le seront également le dimanche. Cela inclut par exemple les kiosques.

En revanche une restriction d'horaires est imposée sur les services (agences de voyages/banques/coiffeurs).

Des chiffres en baisse mais inquiétants

Mauro Poggia prend la parole: «Pas de recrudescence importante des cas, mais l'absence de recul inquiète.»

Une cinquantaine de personnes à Genève sont contaminées par le nouveau variant anglais du virus. Il n'est pas le fait de personne revenant d'Angleterre. Le conseiller d'État se dit donc inquiet. Le taux de reproduction reste de 1 environ.

«Pas un franc supplémentaire de la Confédération»

Le Conseil fédéral a consulté le Canton. Le Conseil d'État genevois demandait des aides fédérales pour compenser les fermetures à venir. Malgré l'assouplissement de la manière dont les aides sont octroyées, le Conseil d'État se dit «stupéfait»: la Confédération ne prévoit pas de regonfler le budget de ces aides.

Début du Live
20 commentaires
    Sources

    On me dit, dans l'oreillette que la RTS et heidi vont faire une grande enquête sur les conflits d'intérêts de la task force et swissmedic !!!!

    Nan, j'déconne ! Vu que l'on fêtera Noël en juin (peut-être) je voulais fêter le premier avril aujourd'hui 😆😆😆😆