Passer au contenu principal

Ville de GenèveLe conflit s’envenime à la police municipale

La commission du personnel a démissionné en bloc. Des problèmes sont dénoncés depuis plusieurs mois.

Dans une lettre au personnel, la commission du personnel des agents de la police municipale dénonce un climat dégradé.
Dans une lettre au personnel, la commission du personnel des agents de la police municipale dénonce un climat dégradé.
Georges Cabrera

Peu de moyens, de formation, de reconnaissance: la «Tribune de Genève» avait révélé en octobre le malaise des policiers municipaux en Ville de Genève. Loin de s’estomper, ce blues vire au conflit: la commission du personnel des agents de la police municipale (APM) vient de démissionner en bloc, selon nos informations.

Dans une lettre au personnel, que nous nous sommes procurée, ces agents parlent en effet d’un «climat dégradé» et de l’impossibilité pour eux d’arriver à des résultats au fil des négociations. Ils ne se sentent plus en mesure de parler avec l’état-major «en toute confiance» et se disent déçus de certaines décisions et certains procédés au sein de ce corps. Ils estiment ne plus pouvoir travailler dans «de bonnes conditions». Se confondant en excuses, la commission espère que d’autres APM assureront cette fonction avec plus de succès, en repartant sur de «meilleures bases».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.