Passer au contenu principal

Après le Supercross annuléLe concours hippique de Genève espère avoir lieu en décembre

Les dirigeants du CHI ne veulent pas se précipiter. C’est à mi-septembre qu’ils décideront si l’épreuve se déroulera comme prévu à Palexpo.

Les amoureux des chevaux espèrent vivement qu’ils ne seront pas privés de dessert cette année.
Les amoureux des chevaux espèrent vivement qu’ils ne seront pas privés de dessert cette année.
GEORGES CABRERA

Après l’annulation, lundi, du supercross, quid du concours hippique de Genève, qui se déroule chaque année dans la foulée des soirées vrombissantes et bondissantes des motards? Les amoureux des chevaux vont-ils également être privés de selles et de leur dada?

Tout est prêt ou presque

Directeur sportif du CHI, Alban Poudret ne cache pas que cette annonce va «compliquer un peu plus la tache», à lui et son équipe, mais il est actuellement hors de question de jeter l'éponge. «Non, pour l’instant, on fait comme si tout cela allait avoir lieu, explique le Vaudois. Là on avance, tout est prêt, on pourrait même déjà imprimer les flyers. Maintenant, la décision finale se prendra le plus tard possible, probablement à mi-septembre.» Il y aura alors une discussion à ce moment-là par rapport à la situation du coronavirus et des mesures prises par le Conseil Fédéral.

Alban Poudret espère toujours que son CHI aura lieu.
GEORGES CABRERA

Alban Poudret est conscient que lui et son comité prennent un certain risque, surtout s'il devait y avoir une deuxième vague juste avant le concours. «Il est évident qu'avec le supercross en moins, il va y avoir des frais en plus dans la mesure où on ne pourra pas partager les factures pour les tribunes, l'éclairage et le sable, mais cela ne fera qu'un souci supplémentaire, renchérit le spécialiste hippique. Or, il y a encore beaucoup trop de choses qui ne sont pas claires pour l'instant pour renoncer. On espère vraiment pouvoir organiser notre compétition comme prévu en décembre.»

D’ici là, tout peut arriver, en effet.