Passer au contenu principal

RadiothérapieLe CHUV et le CERN s’allient pour lutter contre le cancer

Compétences médicales d’un côté, accélération des particules de l’autre. Les deux institutions coopèrent pour développer une technique prometteuse.

Le professeur Jean Bourhis devant un appareil permettant un traitement avec l’effet FLASH. Cet accélérateur, venu des États-Unis, sera utilisé dès la fin de l’année pour mener les premiers essais cliniques sur des patients atteints d’un cancer de la peau. Le prototype développé avec le CERN permettra d’atteindre des tumeurs situées plus en profondeur.
Le professeur Jean Bourhis devant un appareil permettant un traitement avec l’effet FLASH. Cet accélérateur, venu des États-Unis, sera utilisé dès la fin de l’année pour mener les premiers essais cliniques sur des patients atteints d’un cancer de la peau. Le prototype développé avec le CERN permettra d’atteindre des tumeurs situées plus en profondeur.
Dom Smaz

Le professeur Jean Bourhis a l’enthousiasme communicatif. «Cette technique très prometteuse suscite un intérêt croissant des chercheurs travaillant dans la lutte contre le cancer», s’exclame le chef du service de radio-oncologie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.