Passer au contenu principal

StatistiquesLe chômage recule à Genève

Si le taux est en baisse de 2,1% sur un mois, en comparaison annuelle il a augmenté de 32,5%.

Enrico Gastaldello/Archives

Fin juin, le canton comptait 12'459 personnes au chômage, ce qui représente une baisse de 272 chômeurs en un mois (-2,1%). Ainsi, le taux de chômage recule à Genève et s'établit à 5,0%. Sur le plan suisse, le nombre de chômeurs est en baisse (-3,7%) et le taux de chômage recule également, pour s'établir à 3,2%.

À noter que ces chiffres ne comprennent pas le nombre de personnes actuellement en réduction du temps de travail (chômage partiel) à cause de la crise du Covid-19.

Mais si le taux mensuel est en baisse, le chômage augmente en comparaison annuelle (entre juin 2019 et juin 2020). L'effectif des chômeurs croît de 32,5% à Genève (augmentation de 54,6% sur le plan national), tandis que celui des demandeurs d'emploi progresse de 23,6% (augmentation de 36,7% au niveau suisse).

Les femmes et les étrangers moins bien lotis

Durant le mois de juin, le nombre de chômeurs masculins a reculé de 3,9%, tandis que celui des femmes ne baissait que de 0,1%. Du point de vue de la nationalité, la variation enregistrée est de +0,3% pour les Suisses et de -4,5% pour les étrangers. Quant à l'évolution selon les groupes d'âge, le nombre de moins de 25 ans a reculé de 1,1%, celui des 25 à 49 ans est en baisse de 2,1% tandis que celui des 50–64 ans reculait de 2,6%. Le nombre de chômeurs de longue durée (inscrits depuis plus d'un an), dont la part correspond actuellement à 17% du total, a augmenté de 10% en juin. La durée moyenne du chômage s'établit à 214 jours et progresse (+13 jours) par rapport au mois précédent (moyenne basée sur une semaine de sept jours). Elle était de 220 jours en juin 2019.

Secteur scientifique, restauration et construction impactés

En comparaison annuelle (juin 2019 juin 2020), seul le bois, le papier et l'imprimerie enregistrent une baisse (-14 chômeurs). Les plus fortes hausses sont enregistrées dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques (+413 chômeurs), dans l'hôtellerie et la restauration (+380 chômeurs), la construction (+319 chômeurs), et les activités de services administratifs et de soutien (+260 chômeurs).